PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Exclusivité Mouss Diouf: la vérité de ses filles aînées

Mutiques depuis le décès de leur père, Mouss Diouf, en 2012, Tessa et Selena ont décidé de réagir au livre de Sandrine Diouf, dernière compagne de l'acteur.



Exclusivité Mouss Diouf: la vérité de ses filles aînées

C’est l’histoire d’une famille «décomposée», comme elles le disent. Avec l’hospitalisation en 2009:/150208  de Mouss Diouf suite à deux accidents:/182739  vasculaires cérébraux aggravés par une insuffisance rénale:/175934 , le climat n’a cessé de s’envenimer entre Sandrine Diouf, son épouse, et ses deux filles aînées, issues d’une première union.Des disputes éclatent dans les couloirs de la Salpêtrière, les avis divergent quant à la manière d’envisager sa «fin de vie», son rapatriement à Marseille:/175826  suscite une vive réaction de ses filles qui souhaitent le garder près d’elles, à Paris. Après un long combat, l’acteur s’est finalement éteint le 7 juillet 2012. Un deuil difficile pour Tessa et Selena, qui se sont longtemps murées dans le silence et la prière «pour qu’il repose enfin en paix». La publication récente du livre Au-delà de la vie (éditions Michel Lafon), écrit par leur belle-mère, les incite à prendre enfin la parole.
 

Gala: La presse s’est faite l’écho de vos relations compliquées avec votre belle-mère, Sandrine Diouf. Qu’en est-il aujourd’hui?
 

Tessa: C’est difficile de cicatriser des plaies qu’on ne cesse de rouvrir. Sandrine a sorti dernièrement un livre qui remue bien trop de mauvaises choses…
 

Selena: J’avoue être très en colère et je crains que ça ne passe pas. Ça va trop loin! Si on souhaite la notoriété, on la gagne par soi-même, on ne la vit pas par procuration. J’ai, en ce qui concerne Sandrine, le mauvais pressentiment qu’elle a besoin d’exister publiquement. Nous sommes des gens simples, nous avons été élevées dans la pudeur et si j’accepte de me livrer aujourd’hui, c’est uniquement parce qu’un sentiment de révolte m’envahit. Le deuil nous a imposé le silence. Mais il y a des choses qu’on ne peut plus laisser passer.
 

Que lui reprochez-vous?
 

Tessa: Elle nous diabolise! Oui, c’est vrai, nous avons eu des mots, des disputes, mais c’était par réaction à des faits qui sont contraires à la logique même! Lorsque des «people» se trouvent déjà à l’hôpi­tal alors que nous, ses propres filles, venons à peine d’être infor­mées de l’attaque cérébrale de notre père, nous sommes outrées. Lorsqu’on apprend par un infirmier que papa s’est marié dans un état végétatif alors même qu’il avait toujours préféré vivre en union libre, on s’interroge. Lorsqu’on découvre qu’un reportage le montrant tuyauté, diminué, va être diffusé sur une chaîne de télévision, on est choquées. Parce qu’on sait bien que notre père, extrêmement pudique, n’aurait jamais donné son accord.

Selena: C’est un manque de respect total à son égard. Lorsque Sandrine évoque dans son livre notre frère aîné, Dorian, mort accidentellement à moins d’un an… Ça nous révolte! Nos parents n’en avaient jamais parlé. Chez nous, les peines et les douleurs s’intériorisent et ne s’étalent pas! Notre mère n’est pas encore morte pour que l’on évoque ce drame si intime à sa place! Personne n’a le droit de toucher à sa peine.

(...)
Avec Gala.fr



Mercredi 12 Février 2014 - 19:50