Exclusivité: une vidéo repose la question de la mort du chef de guerre Morgan

Une vidéo transmise aux rédactions de RFI et de France 24 à Paris pose une nouvelle fois la question des circonstances de la mort d'un chef de guerre maï-maï en Ituri, dans la province orientale de la République démocratique du Congo.



Capture d'écran de la vidéo montrant Morgan (à droite) au millieu des FARDC.
Capture d'écran de la vidéo montrant Morgan (à droite) au millieu des FARDC.

Paul Sadala, alias  « Morgan », s'était rendu aux autorités locales et a trouvé la mort le 14 avril dernier lors de son transfert par l'armée congolaise à Bunia, le chef-lieu du district de l'Ituri, où il devait prendre un avion de l'ONU pour Kinshasa. Selon le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mendé, Morgan a été tué parce qu'il aurait cherché, avec 42 de ses hommes, à fausser compagnie aux éléments FARDC chargés de les escorter.

Mais la vidéo, filmée dans son village, Badengaïdo, juste avant le départ de l'intéressé pour Bunia, montre un homme détendu et coopératif : T-shirt noir, jean serré, sans gri-gri, ni armes, Morgan est visiblement à l'aise en ce 14 avril, au milieu des FARDC. Sous un abri, avec un colonel de l'armée congolaise, il règle les derniers détails pour ceux de ses hommes qui resteront après son départ. Les rations alimentaires, le transport aussi. Il explique à l'officier du FARDC que beaucoup de leurs femmes sont encore dans la forêt et que le véhicule prévu - un camion - ne sera peut-être pas suffisamment grand pour transporter tout le monde.

« Quel véhicule vais-je prendre ? »

Son interlocuteur le rassure. « Ok, ne nous compliquons pas la vie », on entend Morgan ponctuer à un moment de la conversation. Le chef maï-maï précise bien que, lui, il ne pourra pas rester pour régler toutes ces questions, mais que l'un de ses officiers sera là pour tout coordonner avec les FARDC. Morgan assure qu'il gardera le Général Fall Sikabwe qui supervisait sa reddition et son transfert.

Au bout d'un moment, il finit par sortir de l'abri en compagnie des militaires congolais et s'approche des pick-ups qui sont stationnés. « Quel véhicule vais-je prendre ? », demande-t-il à son interlocuteur. « Celui-là », répond le dernier, en tapant sur une jeep de l'armée. Et pour finir, on voit le convoi partir. Direction Bunia...

Sur les pick-ups, la vidéo montre des militaires congolais en surnombre et surarmés par rapport aux quelques miliciens de Morgan. Ensuite, que s'est-il passé sur la route? Selon le gouvernement, le chef de guerre qui s'était rendu quelques jours plus tôt et ses hommes auraient cherché à fuir. D'autres sources parlent d'un règlement de comptes.

Selon le dernier rapport du groupe d'experts des Nations unies  sur le Congo, publié en janvier dernier, Morgan entretenait des relations privilégiées avec de hauts officiers de la région militaire à Kisangani qui lui auraient notamment fourni des armes en échange de l'or pillé en Ituri. Des ONG ont réclamé une enquête. La Monusco - elle-même - a annoncé avoir envoyé une équipe sur place pour déterminer les circonstances de la mort du chef de guerre.

Source : Rfi.fr
 



Samedi 26 Avril 2014 - 11:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter