FIFA : l’Allemagne soupçonné d’avoir acheté son mondial.

La Fédération allemande de football (DFB) se trouve en pleine tempête depuis la parution, vendredi 16 octobre, dans les colonnes du Spiegel, d’une enquête à charge relative au vote d’attribution du Mondial 2006, organisé outre-Rhin



FIFA : l’Allemagne soupçonné  d’avoir acheté son mondial.

Selon l’hebdomadaire, le comité de candidature allemand, alors présidé par le champion du monde  1974 Franz Beckenbauer, aurait puisé dans une « caisse noire » de 10,3 millions de francs suisses (9,5 millions d’euros) afin d’acheter les votes de plusieurs membres du comité exécutif de la Fédération internationale de football (FIFA).

« Cet argent a été utilisé pour sécuriser  les voix des quatre représentants asiatiques, sur les 24 membres du comité exécutif, avant que le tournoi ne soit attribué à l’Allemagne, le 6 juillet 2000 », rapporte Der Spiegel. Parmi ces quatre officiels figure le Sud-coréen Chung Mong-joon, ex-vice-président de la FIFA (1994-2011) et récemment suspendu six ans par le comité d’éthique de la Fédération internationale alors qu’il briguait la succession de Joseph « Sepp » Blatter, patron de l’instance mondiale depuis 1998.

Le rôle de Robert Louis-Dreyfus

Cette caisse noire aurait été en partie alimentée par Robert Louis-Dreyfus, homme d’affaires suisse  d’origine française, alors patron d’Adidas depuis 1993 et propriétaire de l’Olympique de Marseille  depuis 1996, mort en 2009. A l’époque, l’équipementier allemand était le principal sponsor de la Nationalmannschaft. A l’origine de l’arrivée du Suisse Sepp Blatter à la FIFA en 1975, en tant que directeur du développement, la marque allemande était l’un des derniers partenaires de l’organisation mondiale à afficher  son soutien au président de la Fédération internationale avant le 8 octobre et sa suspension provisoire pour quatre-vingt-dix jours par son comité d’éthique. En juillet, le PDG d’Adidas, Herbert Hainer, avait appuyé la candidature du Français Michel Platini, dirigeant de l’Union des associations européennes de football (UEFA), et grandissime favori à la succession de Blatter avant qu’il ne soit l’objet, lui aussi, d’une suspension de quatre-vingt-dix jours.

Selon le Spiegel, Beckenbauer et Wolfgang Niersbach, actuel patron de la DFB et à l’époque vice-président du comité d’organisation, étaient au courant de ce « fonds […] au plus tard » en 2005. Robert Louis-Dreyfus aurait prêté de l’argent au comité de candidature allemand avant le vote de juillet 2000. Or, il n’y aurait eu aucune trace de ce prêt dans le budget dudit comité.

Un versement reconnu par la DFB

Un an et demi avant le tournoi, M. Louis-Dreyfus aurait souhaité récupérer  son argent (6,7 millions d’euros). Beckenbauer et Niersbach auraient alors versé cette somme par l’intermédiaire de la FIFA. Ils auraient contribué à l’ouverture d’un gala de la Fédération internationale à Berlin, qui fut finalement annulé. Les 6,7 millions d’euros auraient alors transités par un compte bancaire genevois de la FIFA. L’organisation mondiale aurait ensuite transféré l’argent vers l’un des comptes zurichois de Robert Louis-Dreyfus.

La DFB a reconnu vendredi ce versement de 6,7 millions d’euros à la FIFA en avril 2005, tout en assurant que cette somme n’est pas liée à l’attribution du Mondial 2006, en réaction aux rumeurs récurrentes dans les médias. Dans son communiqué, la Fédération allemande explique que ce versement est apparu à l’occasion d’un examen interne lancé ces derniers mois sur l’attribution du Mondial 2006, dans le contexte  du scandale de l’instance mondiale du football.
 
 

 


Franz Beckenbauer (à gauche) en 2005.

A travers ce travail de vérification, la « DFB a appris qu’un paiement de 6,7 millions d’euros avait été fait à la FIFA en avril 2005, somme qui aurait pu être  utilisée pour autre chose que le but initial [le programme culturel de la FIFA] », explique la Fédération. « Le paiement n’était pas lié avec l’attribution [du Mondial 2006] effectué près de cinq ans plus tôt », assure la Fédération allemande, précisant que l’enquête interne n’a révélé « aucune preuve d’irrégularité ».

La DFB précise que son « président a ordonné cet été l’enquête interne » avec le recours à « des juristes externes » pour voir  si l’argent « peut être récupéré ». Selon la DFB, « un résultat final n’est pas encore disponible car les contrôles se poursuivent et doivent être examinés par la commission de contrôle ».

Le 6 juillet 2000, l’Allemagne s’était imposée de justesse dans les urnes (12 voix à 11) face à l’Afrique du Sud. « L’Allemagne avait racheté la voix de l’Océanie [de son représentant Charles Dempsey, qui s’est abstenu au troisième tour du scrutin], illégalement, pour obtenir  l’organisation de la Coupe du monde, ça on n’en parle pas. Quand il s’agit de l’Allemagne, il ne faut pas en parler », avait lâché le 29 mai le patron de la Fédération congolaise et membre du comité exécutif de la FIFA, Constant Omari. « Comment l’Allemagne a obtenu le Mondial en 2006 ? Vous  pensez qu’il n’y avait que des saints ? » soufflait déjà au Monde, en mai, Guido Tognoni, ancien conseiller  de Blatter.

« Kaiser Franz »

Ce n’est pas la première fois que le vote d’attribution du Mondial 2006 suscite les soupçons. En 2003, le magazine  allemand Manager Magazin avait enquêté sur les agissements de Fedor Radmann, numéro deux du comité de candidature allemand, et de l’ex-international  allemand Günter Netzer, reconverti responsable de l’agence suisse CWL, filiale du groupe Kirch et chargée de vendre  les droits télévisuels des matchs.

Le tandem avait proposé à trois membres du comité exécutif de la FIFA (déjà Jack Warner, depuis suspendu à vie, le Maltais Joseph Mifsud et le Thaïlandais Worawi Makudi, suspendu quatre-vingt-dix jours) de voter  pour l’Allemagne en échange d’un versement oscillant entre 250 000 et 300 000 dollars (192 000 et 230 000 euros) pour l’achat des droits de diffusion de matchs amicaux entre leurs sélections nationales et le Bayern Munich du président Franz Beckenbauer (Le Monde daté du 2 décembre 2010).

Patron du comité de candidature puis de celui de l’organisation du Mondial 2006, le « Kaiser » Beckenbauer a ensuite été élu membre du comité exécutif de la FIFA (2007-2011). La légende du football allemand a, lui aussi, participé au fameux vote du 2 décembre 2010 qui a attribué les mondiaux 2018 et 2022 (respectivement à la Russie  et au Qatar) et a fait l’objet d’une enquête disciplinaire menée par l’Américain Michael J. Garcia.

En 2014, l’ancien capitaine de la Nationalmannschaft a notamment été suspendu quatre-vingt-dix jours pour avoir  refusé de répondre  aux questions de l’ex-procureur de New York, dont le rapport est toujours censé être publié par la FIFA… « sous une forme appropriée ».
source:footmercato


 


Dior Niang "Stagiaire"

Samedi 17 Octobre 2015 - 14:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter