FRANCE, TU FERAS FACE AVEC HONNEUR, ET AVEC DIGNITE



FRANCE, TU FERAS FACE AVEC HONNEUR, ET AVEC DIGNITE
Larmes de sang sur la France. Larmes de sang pour moi. J’en suis bouche bée. Stomaqué. Et je n’arrive pas à réaliser. Quoi ? Des attentats sur la France !!! Une soixantaine de morts ! Prise d’otages au Bataclan ! Je suis en France pour les Rencontres aquitaines de coopération et de solidarité internationales : deux jours à parler de fraternité, d’équité, de justice et de solidarité; On a partagé à la clôture le verre de l’amitié. Et ce soir, l’Horreur !!!  M. François Hollande meurtri de tristesse et de douleur contenues, la posture digne et solennelle parle d’Etat d’urgence, de fermeture des frontières, des mots d’une autre époque qui me renvoient à de sombres événements dont la France, ma deuxième patrie s’était courageusement relevée.
 
 Ce n’est pas seulement la France qui est frappée. Ceux qui sont morts aujourd’hui emportent avec eux nos dernières illusions d’un monde meilleur, et notre espoir candide que la liberté et les Droits de l’Homme signifiaient encore quelque chose en ce bas monde. Je condamne fermement ce qui s’est passé. « Je hais la haine » pour citer Victor HUGO. Cette haine aveugle qui a frappé la France aujourd’hui est un avertissement  à tous les démocrates épris de justice et du respect des libertés individuelles. Il est clair que désormais la guerre s’est importée dans nos villes et s’est installée dans nos vies. Nous sommes désormais en danger, partout. Au péril de notre vie, ces forces obscures qui veulent installer la peur dans  notre existence doivent désormais être traquées, débusquées, et neutralisées.
 
Il est temps que chacun devienne la sentinelle de la sécurité de son prochain ; il est temps que nous retrouvions les valeurs de solidarité et de fraternité car le défi sécuritaire ne peut être relevé que si nous sommes forts, forts parce que soudés. L’ennemi nous guette ; il cherche dans  nos sociétés toutes les failles et autres faiblesses à exploiter, pour semer le désordre, pour semer le chaos. Il est temps que cela cesse. Au peuple de  France, peuple frère meurtri dans sa chair victime de l’obscurantisme qu’elle aura contribué tant et tant d’années à combattre pour la liberté de tous les hommes, peuple de France mère de la Déclaration universelle des droits de l’homme, je présente mes condoléances et m’incline devant la mémoire de ces innocents tombés ce soir. Votre douleur, notre douleur crie justice, et demande : plus jamais ça. A la suite de Senghor, j’implore le Seigneur de placer la France à la droite du Père.
Vive la République !
Vive la France !
 
Cissé Kane NDAO
Président de l’Alliance Démocratique pour la République
A.DE.R


Samedi 14 Novembre 2015 - 10:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter