Face au juge, Aïda Ndiongue se rebelle et dénonce un « acharnement politique »



En prison depuis le mois de décembre 2013, Aida Ndiongue a été entendu sur le fond du dossier dans le cadre de l'information ouverte dans le cadre du fumeux plan Jaxaay sur un présumé détournement dans les travaux. Le montant qui lui est reproché tourne autour 20 milliards 688 millions de francs, de faux et usages de fausses écritures. Faisant face au juge Samba Sall, l'ex sénatrice n'y est pas allée par quatre chemins, pour clamer son innocence comme elle l'avait fait lors de son inculpation, « je n'ai rien fait et je n'en avait pas l'intention », avait-elle dit.
 


Elle estime être poursuivie pour des raisons « purement politiques ». Faisant l'objet de 03 poursuites, Aida Ndiongue, les mettent toutes sur le compte d'un acharnement politique. D'ailleurs, elle pense qu'on l'a traînée en justice dans le seul but d'atteindre le coordonnateur du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), Oumar Sarr alors ministre de l'Urbanisme sous Wade.  Selon l'Enquête, Aida Ndiongue fonde sa conviction sur le fait que les marchés pour lesquels elle est poursuivi ont été contractés sous le magistère du responsable libéral. Dans tous les cas dans le cadre dudit dossier, Aïda Ndiongue entendu sur le fonds hier, place à son camarade de parti, Abdou Aziz Diop et Cie. Le juge Samba Sall qui a fini d'appuyer sur l'accélérateur avait programmé leur audition après celle de l'ex-mairesse des HLM et ancienne sénatrice. 



Mercredi 11 Juin 2014 - 11:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter