Fair-play financier : Bonne nouvelle pour le PSG et son mercato, l’UEFA devrait alléger ses sanctions

Epinglé au mois de mai par l’UEFA dans le cadre du fair-play financier, le PSG pourrait bénéficier d’un allègement des sanctions lors du prochain mercato d’été, affirme le Parisien.



Les sanctions à l’égard du PSG dans le cadre du fair-play financier avaient été rudes mais elles pourraient bientôt s’assouplir. Selon Le Parisien, le club de la capitale devrait bénéficier de plus de flexibilité lors du prochain mercato d’été. L’UEFA, qui avait condamné le club de la capitale au mois de mai, serait prête à alléger ses deux sanctions phares : l’encadrement strict de la masse salariale (qui culmine à 240 millions d’euros) et la limitation du montant des transferts à 60 millions d’euros.

Alors que ces deux mesures devaient, à la base, s’appliquer deux saisons de suite (soit jusqu’au prochain mercato d’été inclus), le PSG et l’UEFA avaient négocié un assouplissement dès le mois de mai nous apprend le quotidien. La condition ? Que le club de la capitale respecte d’avantage les règles financières dictées par l’instance et surveille donc de plus près son budget. Grâce à l’arrivée de nouveaux partenaires et à un meilleur contrôle de ses dépenses, le PSG est en train de respecter sa part du marché.

Pas question pour autant de faire n’importe quoi, les règles du fair-play financier sont toujours là

L’UEFA devrait donc respecter la sienne et se montrer plus coulant avec Paris sur la question des transferts. Si rien ne devrait changer pour le mercato d’hiver, l’assouplissement des sanctions devrait se faire sentir lors de la fenêtre estivale. En clair, le PSG ne devra pas comme l’an dernier se limiter à 60 millions d’euros de dépenses et ne sera plus dans l’obligation de vendre et de dégraisser pour acheter. Pas question pour autant de faire n’importe quoi, les règles du fair-play financier sont toujours là.

Le club se sait dans le collimateur de l’UEFA et devra tendre à l’équilibre de ses comptes pour que son déficit ne s’envole pas. Mais s’il veut se payer un Angel di Maria, Paris bénéficiera de beaucoup plus de latitudes. L’an dernier,  les Parisiens avaient dû faire une croix sur l’Argentin, parti à Manchester. Ils avaient alors les pieds et poings liés par les sanctions de l’UEFA et avaient "grillé" leurs 60 millions d’euros sur le dossier David Luiz. Une telle mésaventure ne devrait plus leur arriver.

David Luiz lors de son premier match officiel avec le PSG, contre Bastia


Jeudi 18 Décembre 2014 - 10:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter