Farba Ngom, député "apériste" jure que l'éclatement de BBY ne viendra pas de Macky Sall.

Le député Farba Ngom, réputé, être un homme de confiance de Macky Sall confirme son engagement pour toutes les ambitions du chef de l’Etat. Il s’est prononcé sur le nouveau gouvernement, sur la coalition Benno Bokk Yakar (BBY) et sur les compagnons de Macky Sall.



Farba Ngom, député "apériste" jure que l'éclatement de BBY ne viendra pas de Macky Sall.
Farba Ngom se dit désintéressé de toute ambition politique. Ce dernier qui voue toute sa vie politique au président de la république, déclare dans une interview accordée au journal "L'observateur" être d’accord avec lui dans n’importe quelle décision prise. Concernant le nouveau gouvernement, il déclare : « je ne dirais pas que je suis surpris ou pas. Lorsque le président de la république nommait Abdoul Mbaye et son gouvernement, il ne m’a pas demandé mon avis. Ce sont les sénégalais qui l’ont élu et qui lui ont donné le pouvoir de décider. Il agit en fonction de son expérience».

Le député républicain qui n’a pas manqué d’évoquer la question de la coalition Benno Bokk Yakaar affirme que Macky Sall n’est pas un traitre et qu’ « avec la coalition BBY, c’est la politique qui nous lie. L’éclatement de Benno Bokk Yakaar ne viendra pas de Macky Sall. Je peux le jurer. J’en suis sûr et certain. Nous sommes satisfaits qu’il ait reconduit BBY parce qu’il ne trahit jamais». Concernant les Rewmi, notamment Idrissa Seck, il affirme : « je ne crois qu’en Macky Sall. Je suis avec toute personne qui est avec lui pour l’émergence et le développement du Sénégal. Toute personne qui ne le soutient pas dans sa mission je ne suis pas avec toi qui qu’il soit».

Farba Ngom qui pense que l’histoire de manque de cadres au niveau de l’APR est un faux débat, dit ne pas avoir un CV lourd, car ayant un niveau faible.
Toutefois Farba qui confie n’avoir aucune ambition politique si ce n’est de suivre et de soutenir le président Sall, pense qu’il n’y a rien à changer dans la gestion du pays si ce n’est multiplier les efforts. Et qu’il n’y a pas de honte à se faire sur le terme « deuk bi dafa Macky ». « Le problème c’est qu’il n’y a plus de gaspillage. On ne permet plus au gens de détourner les derniers publics», conclut-il.

Lamba Ka

Vendredi 6 Septembre 2013 - 11:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter