Fiara 2011: La cherté des stands décriée

La 13ème édition de la Foire internationale de l’Agriculture et des Ressources Animales (Fiara) a démarré depuis le 02 février et se poursuit jusqu’au 13 février 2011 au Cices. Les exposants sont nombreux bien que le coût des stands soient un peu élevé. Mais, du côté des visiteurs l’affluence n’est toujours pas au rendez-vous.



Fiara 2011: La cherté des stands décriée
Organisée par le Conseil National de Concertation et de Coopération (Cncr) et l’Association Sénégalaise pour la promotion du Développement à la base (Asprodeb), la Fiara ne draine pas beaucoup de monde depuis son ouverture. A en croire, le représentant de l’Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural (Ancar), depuis l’année dernière, lorsqu’elle a été déplacé de la place de l’Obélisque pour le Cices, les visiteurs ne viennent plus en masse.

Bien qu’il soit un stand institutionnel dont la mission est d’animer le système national de conseil agro sylvo pastoral, ils ont besoin de visiteurs pour que les groupements qu’ils ont formés aux techniques de transformation aient l’opportunité de faire découvrir les produits qu’ils exposent. Même cri de cœur du côté de la Mauritanie qui vend des produits sucrés de marque Bifa venant de la Turquie. Ces Mauritaniens déplorent la cherté des tiquets. L’exposant confie qu’il n’est toujours pas satisfait de la Fiara. « J’ai loué le stand à 500 000FCFA, je dépense 25 000 à 30 000FCFA par jour et je n’ai pas encore vendu un seul carton je ne vends qu’au détail. Pour 100 000 vendu je n’ai qu’un bénéfice de 10 000FCFA ce n’est pas beaucoup. C’est ma première participation mais si ça ne marche pas je ne participerai pas au Fidak ».

Par contre, les exposants du riz de la vallée se disent satisfaits. « Je suis surpris de savoir que les Dakarois préfèrent ce riz à celui importé », lance le Président du Gie Brack du Walo. Cependant, il déplore le fait que l’Etat ne subventionne que l’engrais qui est le produit le moins cher. « Au Sénégal pour récolter un hectare de riz, il te faut 500 000f tandis qu’au Pakistan, tu ne dépenses que 750 000 FCFA. Pour quatre mois de semence le paysan ne gagne que 150 000 FCFA c'est-à-dire 35 000 FCFA le mois. On ne peut pas y vivre décemment avec cette somme c’est la raison pour laquelle, nous sommes obligés de faire des prêts bancaires pour récolter du riz. Autant de raisons qui font que l’Etat doit nous appuyer en subventionnant tous les intrants. Je suis très content des Dakarois mais après la foire, on ne verra personne».

Du côté du Mali aussi, ils écoulent bien leurs produits. Ils ont reçu beaucoup de commandes de « thioub » dont les Sénégalais apprécient beaucoup la qualité de la teinture. Néanmoins, l’exposant déplore la cherté des stands qui, selon lui, pouvait être fixé à 300 000FCFA.

Parallèlement, l’Ancar déplore aussi l’absence du journal de la foire de la Rts comme l’année dernière.

Mariama Ly NIANG (Stagiaire)

Lundi 7 Février 2011 - 14:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter