Filouterie d’hôtel : Le sale coup de Gaël Mahé au Lamantin Beach

Sacré Gaël Mahé. En effet, pour loger une délégation de l’Equipe nationale de la République du Congo en préparation des éliminatoires de la CAN 2015, du 2 au 13 Janvier à Saly, l’agent sportif Gaël Mahé avait fait une réservation de 13 chambres doubles et 14 singles, en plus d’une salle de conférence et d’un local pour le matériel à l’hôtel Lamantin Beach. A la fin du séjour, les gars de l’hôtel n'ont vu que de la poussière car le très rusé agent Mahé a quitté le Sénégal sans pour autant s’acquitter des dépenses qu’il doit à l’hôtel.



Gaël Mahé, agent sportif licencié par la Fédération française de football (Fff) se revendique grand « match-maker ». Depuis plus d’un an,  cet homme qui fait aujourd’hui l’objet de plusieurs plaintes à la Fifa, est poursuivi par le Lamantin Beach Hôtel de Saly Portudal (Mbour/Sénégal) pour l’équipe nationale de football de la République du Congo, du 02 au 13 janvier 2015, toujours en attente de solde dans ses livres. Une affaire de gros sous qui jette en pâture l’image de la République du Congo, dont les autorités ont été saisies officiellement, hier du sale coup de Mahé, selon le journal Observateur.

Un contrat de 40 mille euros de Canal+ censé couvrir la dette de Mahé, envoyé au Lamantin beach hôtel. Mais à la fin du séjour de la délégation congolaise, les choses commencent à se compliquer. Gaël Mahé, qui doit régler la note, va voir le Directeur associé de l’hôtel, Eric Philibert, non pas avec de l’argent comptant, mais avec des arguments. Encore une fois, il obtient de la Direction de l’hôtel la dérogation de faire le solde par virement dès son retour en Suisse où il est légalement domicilié. Mais rien n’y fait.
 
Pendant plus d’un mois, le Lamantin attendra le virement de M. Mahé. En vain. Pis, «le match maker» ne donne même plus signe de vie. C’est le 16 novembre 2015 qu’il donne signe de vie avec des virements à l’hôtel Lamantin Beach, et en deux tranches, un premier d’un montant de 1500 euros (près de 1 million), puis un second virement de 12.664 euros (plus de 8 millions F CFA) en date du 23 novembre 2015. Et, depuis le monsieur qui a roulé les gestionnaires de l’hôtel dans la farine tarde à solder le reliquat. Un reliquat qu’il avait promis de s’acquitter avant la fin de l’année 2015, depuis nous sommes en 2016, et le Lamantin Beach attend toujours de rentrer dans ses fonds.

Et,  jusqu’à hier 29 janvier 2016, le Lamantin était dans l’attente du solde de 23. 828 euros, soit les 15 630 351 F CFA restants de la somme globale. Une nouvelle série de dribbles de la part de l’agent sportif n’est pas a écarté, à en croire, nos confrères. 
 


Samedi 30 Janvier 2016 - 13:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter