Finale Aller-Ligue Africaine des champions : Sétif prend une option sur Vita Club

En match aller de la finale de la Ligue des champions africaine, disputé entre les Congolais de l’AS Vita Club et les Algériens de l’ES Sétif, ces derniers ont pris une option sur la victoire finale en ramenant le nul (2-2) de leur déplacement à Kinshasa.



Malgré l’absence de plusieurs titulaires, l’ES Sétif, emmené par un très bon Younès, a obtenu dimanche 26 octobre, en finale aller de la Ligue des champions africaine 2014, un résultat nul à l’extérieur (2-2) qui lui donne de grands espoirs de victoire finale.
Dans un stade Tata-Raphaël de Kinshasa où l'on ne voit que du jaune et noir, les couleurs de Vita Club, les Algériens mettent d’entrée la pression sur leur adversaire grâce à un jeu collectif mieux maîtrisé. Dès la 17e minute de la rencontre, sur un corner pour Sétif venu de la droite, le Congolais Mubele trompe son propre gardien (0-1). L’AS Vita Club tente de réagir mais ne trouve pas la clé. Ses tentatives lointaines n’inquiètent pas le gardien sétifien Khedairia.
Penalty généreux
La solution va venir de l’arbitre, cet acteur parfois décisif des matchs de football que l’on n’attend pas. Dans le temps additionnel de la première mi-temps, le défenseur algérien Mohamed Lagraa tacle le ballon dans sa surface quand soudain le sifflet de l’homme en noir retentit. Quelle faute souhaite-t-il réparer en accordant un penalty à l’AS Vita ? Une main involontaire ? Toujours est-il que les Sétifiens ne protestent pas, même si la décision semble sévère. Lema Madibi, exécuteur des hautes œuvres, s’empare du ballon et égalise (1-1, 45e+3’).
Avec une marque de 1-1 à la mi-temps, Vita Club s’en sort bien mais a déjà échoué dans l’un des objectifs qu’il s’était fixés : ne pas prendre de but avant le match retour.
La seconde mi-temps confirme la supériorité de l’ES Sétif dans la plupart des compartiments du jeu. En toute logique, sur une récupération de balle au milieu de terrain, un contre rondement mené permet à Akram Djahnit de tromper de près Nelson Lukong, le portier congolais (1-2, 57e).
Missile
L’AS Vita ne reste pas sans réaction, mais le camp congolais opte le plus souvent pour des solutions individuelles qui ne déstabilisent pas un adversaire bien organisé en défense. Il faudra donc un second miracle, après le généreux penalty de la première mi-temps, pour remettre l’AS Vita dans le match. Et ce miracle viendra d’un magnifique missile de trente-cinq mètres signé Lema Madibi qui va tutoyer la lucarne de Khedairia (2-2, 77e).
Conscients de passer à côté d’une victoire largement à leur portée, les joueurs de Sétif poussent en fin de rencontre, mais ce sont les Congolais, par l’inévitable Lema, qui à deux minutes de la fin se procurent la dernière occasion de la rencontre. Score final : 2-2.
Dans ce rendez-vous historique pour les deux équipes, il n’est pas faux de dire que l’enjeu a parfois pris le pas sur le jeu. Les deux entraîneurs le reconnaissaient d’ailleurs après le coup de sifflet final. « A la mi-temps, j’ai parlé à mes joueurs et le leur ai dit qu’il y avait la place de sortir victorieux de ce match. Mais je n’ai pas pu contrôler leur état émotionnel en seconde mi-temps », confiait Kheiredine Maddoui, le coach de Sétif. Son homologue congolais, Florent Ibenge, mettait quant à lui la contre-performance de ses hommes sur le compte d’une pression difficile à supporter : « Ce n’est pas un bon résultat. Le fait de se sentir d’une mission nationale a peut-être refroidi mes joueurs. On voulait gagner ce match sans encaisser de but. Mais vu la physionomie du match, c’est déjà une bonne chose qu’on n’ait pas perdu. »
Si le match retour, le 1er novembre à Blida, sera loin d’être une formalité, l’ES Sétif sera plus que jamais favorite pour une seconde victoire en Ligue des champions, après celle glanée en 1988. Le retour en forme de son meilleur buteur dans la compétition, El Hadi Belameiri (6 buts), entré en toute fin de match à Kinshasa, devrait l’y aider.
 

RFI

Lundi 27 Octobre 2014 - 09:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter