Financement autoroute à péage : la banque mondiale décaisse 53 milliards

Après l’Agence Française de Dévéloppement (AFD), c’est autour de la Banque mondiale de mettre la main à la poche pour le financement de la deuxième phase de l’autoroute à péage Dakar-Diamiadio. Selon un communiqué parvenu à la rédaction de Pressafrik.com, «le Conseil d'administration de la Banque mondiale a approuvé mardi un financement de 105 millions de dollars (environ 53 milliards de FCFA) pour la réalisation de l’autoroute à péage Dakar-Diamniado (APDD)».



Financement autoroute à péage : la banque mondiale décaisse 53 milliards
Cette nouvelle infrastructure va, de l’avis de cette institution de Brettons Woods, contribuer de façon significative au développement économique et social de la région métropolitaine de Dakar qui, sur moins d’un pour cent du territoire national, concentre 80% pour cent de l'activité économique et 25 pour cent de la population sénégalaise.

Selon Moctar Thiam, chef de l’équipe du projet au sein de la Banque mondiale, l’APDD est "conçu pour répondre aux graves problèmes d’accès et de sortie de Dakar et pour servir de modèle restructuration urbaine et de protection de l'environnement".

La conception de l’APDD, a-t-il noté, "a été un bon exemple de flexibilité et de coordination entre les partenaires au développement, mais aussi de leadership de la part du gouvernement sénégalais».
M. Thiam a souligné que l’engagement de la Banque mondiale à investir 105 millions de dollars dans l’APDD a permis de lever des fonds d’un montant global de près de 600 millions de dollars provenant du gouvernement (186 millions de dollars), du concessionnaire privé (110 millions de dollars), de l'Agence française de développement (AFD, 80 millions de dollars ) et de la Banque africaine de développement (BAD, 49 millions de dollars).

L’APDD est divisée en quatre tronçons continus dont les deux premiers (12 kms) ont été intégralement financés par le budget national. D’ailleurs, le premier tronçon qui relie le centre-ville à la Patte d’Oie (7 kilomètres) est déjà ouvert au trafic alors que le second tronçon est en cours d’exécution. La construction des deux autres tronçons (20 kms) se fera dans le cadre d'un partenariat public-privé (PPP) avec le concessionnaire – le gouvernement est en discussion avec le groupe français Eiffage - et le soutien financier de l’AFD et de la BAD.

La Banque mondiale, en cofinancement avec l'AFD, va concentrer ses investissements sur la construction du site de réinstallation pour les personnes déplacées et la restructuration urbaine d'un quartier traversé par l'autoroute dans Pikine irrégulier Sud (PIS), l'une des banlieues les plus pauvres de Dakar. Ce financement intègre aussi la fermeture définitive du dépôt des déchets solides de Mbeubeuss, l'une des plus grandes sources de pollution à Dakar, et le développement d'un autre dépôt de déchets solides. La mise en œuvre de cette partie critique du projet de l’APDD va assurer le respect, par les parties prenantes à l’APDD, des standards les plus élevés en matière de protection sociale et environnementale.

Plusieurs avantages du projet ont été mis en évidence par le TTL. "Trente mille personnes déplacées de Pikine Irrégulier Sud vont être réinstallées à Tivaoune Peulh avec des logements modernes, une garantie de propriété foncière et des infrastructures adéquates, y compris l'assainissement et le raccordement aux réseaux électriques et hydrauliques", assure M. Thiam. À la fin du projet, le reste des 200.000 habitants qui ne seront pas déplacés de l’ex -PIS "vont bénéficier d’un cadre vie urbain, autonome, dynamique et capable de générer son propre développement économique et social", a-t-il ajouté. Il a aussi souligné que "la fermeture et la réhabilitation de la décharge non contrôlée Mbeubeuss sera une bénédiction pour l'ensemble de région de Dakar".

Pape Modou Lo

Mercredi 3 Juin 2009 - 11:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter