Football: Y'aura t-il une limite d'age pour les dirigeants de la FIFA

L’instance mondiale du football se réunit en Congrès pendant deux jours à l’Ile Maurice à partir de ce jeudi 30 mai 2013. Des réformes d’une grande importance seront débattues, sauf une, celle sur la limite d’âge et sur la durée des mandats pour les principales fonctions au sein de la Fifa.



Football: Y'aura t-il une limite d'age pour les dirigeants de la FIFA

Qu’y a-t-il de commun entre le Vatican et la Fifa ? L’absence de limite d’âge pour le chef. Et si d’un côté on a préféré jeter l’éponge, car il arrive un moment où le corps et l’esprit ne font plus bon ménage, de l’autre on s’y refuse.

Joseph Blatter, 77 ans, n’a pas encore dit son dernier mot. A l’issue de son mandat en 2015, à 79 ans, il pourra toujours se représenter à sa propre succession. Car la question de la limite d’âge n’a jamais été tranchée dans l’histoire centenaire de la Fifa.

Elle ne le sera pas non plus lors de son 63e Congrès, ces 30 et 31 mai 2013 à l’Ile Maurice. Et pourtant les octogénaires sont devenus une réalité parmi les dirigeants de l’instance mondiale du football.

Le refus de Blatter

A la veille de ce Congrès, le président de la Fifa, qui accomplit son quatrième mandat de quatre ans, a clairement manifesté son opposition au principe de l'âge limite. Pour « Sepp », un tel règlement serait discriminatoire, car selon lui la passion prime sur toute autre considération.

Il a œuvré donc pour que cette question ne figure pas à l’ordre du jour du Congrès à l’Ile Maurice. Il a été entendu par un nombre de confédérations de la Fifa. Au final, il a été décidé avant l’ouverture du Congrès, ce 30 mai, que le débat sur la limite d’âge pour les postes de direction de la Fifa soit repoussé au prochain Congrès, en 2014, à Sao Paolo au Brésil.

La déception des Européens

C’est l’Uefa, dirigée par Michel Platini, qui est devenue le fer de lance du débat de la limite d’âge. En janvier dernier, dans une déclaration commune, les fédérations de l'Uefa  avaient proposé une limite d'âge de 72 ans. Lors des discussions du comité exécutif de la Fifa, réuni mardi 29 mai en amont du Congrès à l’Ile Maurice, les membres appartenant à la Confédération européenne ont alors demandé à ce que le Congrès soit saisi dès maintenant de ce dossier et que les 209 fédérations composant la Fifa votent à une double question à ce sujet. La première :« Etes-vous favorable à un âge limite ? », et la seconde porterait sur l’âge limite souhaité.

Les représentants européens voudraient également que cette double question soit posée aussi au sujet de la durée de mandats au sein de la Fifa. Ils n’ont pas été entendus, et le Congrès qui s’ouvre ce jeudi fera donc l’impasse sur ces questions. Ce n’est qu’une question de temps. En 2015 s’achèvera le mandat actuel de Joseph Blatter, et Michel Platini ne ferme pas la porte à sa propre candidature à ce moment-là à la tête de la Fifa. D’où le regain d’intérêt pour ce que dira Joseph Blatter dans son discours devant le Congrès : fera-t-il allusion à sa représentation ou pas en 2015 ?

Les autres sujets du Congrès de l’Ile Maurice

Cette question lancinante de la limite d’âge a d’ailleurs fini par agacer le patron de la Fifa. Un jour avant le Congrès, celui-ci ne s’est pas empêché de lancer à l’adresse de la presse, mercredi 29 mai, qu’elle ferait mieux d’arrêter avec le bruit médiatique autour de ce débat, « comme si c'était le plus important au monde ». Il est vrai que les autres réformes qui seront votées au Congrès risquent de voir leur importance amoindrie. Trois d’entre elles se présentent pourtant comme « révolutionnaires ».

D’abord, le mode d'attribution des Coupes du monde. La désignation de la Russie pour organiser la Coupe du monde 2018, et du Qatar pour 2022, avaient fait couler beaucoup d’encre. Dans l’avenir ce sera plus « démocratique ». A l’Ile Maurice, on s’attend donc à la fin du monopole du comité exécutif de la Fifa au profit de tous les membres du Congrès dans la désignation des pays organisateurs des Coupes du monde.
Ensuite, en matière de lutte contre le racisme, des sanctions lourdes seront mises en place, qui iront jusqu’aux retraits de points ou des compétitions. Enfin, il sera question de la parité. Le Congrès de l’Ile Maurice doit approuver la création d’une place supplémentaire au sein du comité exécutif de la Fifa, qui sera occupée par une femme. Le comité exécutif, qui est le « gouvernement » de la Fifa, compte aujourd’hui 24 membres dont seulement une femme, Lydia Nsekera, présidente de la Fédération burundaise de football.


Rfi.fr

Jeudi 30 Mai 2013 - 13:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter