Football : le Sénégalais Souleymane Diawara prend sa retraite

L’international sénégalais Souleymane Diawara a annoncé jeudi 10 septembre qu’il raccrochait les crampons faute d’avoir trouvé un nouveau club. La fin de sa riche carrière... mais pas de sa chronique judiciaire.



Football : le Sénégalais Souleymane Diawara prend sa retraite

Le longiligne défenseur sénégalais de 36 ans, Souleymane Diawara, a décidé de jeter l’éponge, comme il l’a annoncé au journal L’Équipe, jeudi 10 septembre. Passé notamment par Le Havre, Bordeaux, Marseille et Nice, son dernier contrat, l’international, qui s’était entretenu tout l’été avec un préparateur physique, a déclaré ne pas avoir trouvé de club prêt à lui offrir un dernier challenge.

Sélectionné 48 fois avec le Sénégal, Souleymane Diawara met un terme à une carrière effectuée en France, à l’exception d’une aventure à Charlton lors de la saison 2006/2007. Seize saisons sur les terrains de l’Hexagone pour quatre Coupe de la ligue (deux avec Marseille, une avec Bordeaux, une avec Sochaux), un record, trois Trophée des champions et deux championnats de France (avec Bordeaux et Marseille).

Auteur de 21 buts en 559 matchs professionnels, le joueur aux gants noirs, qu’il n’enlevait jamais par superstition et pour ne pas enlever ses bagues pendant les matchs, a également fait partie de l’équipe-type de Ligue 1 en 2009 et 2010. Il a également fait son entrée au Hall of Fame de l’Olympique de Marseille, où son numéro 21 ne sera donc plus jamais porté.

Voiture volée

Souleymane Diawara s’est également illustré bien au-delà des rubriques sportives,dans les chroniques judiciaires. En 2009, il est ainsi interpellé et placé en garde à vue pour avoir conduit sans permis, délit qu’il répétera l’année suivante. Le 17 février 2011 encore, il est arrêté pour excès de vitesse alors qu’il n’a toujours pas de permis de conduire valide.

Surtout, le 9 avril 2015, placé en garde à vue à Digne-les-Bains, le natif de Gabou, dans la région de Tambacounda, est écroué à la prison des Baumettes, à Marseille, dans le cadre d’une enquête sur une affaire d’escroquerie dont il aurait été victime et pour laquelle il a tenté de se faire justice lui-même.

Il aurait en effet découvert que la Porsche Cayenne qu’il avait achetée pour 50 000 euros, versés en liquide à un garagiste, était en réalité volée. Il aurait ensuite envoyé quatre personnes afin de récupérer son argent auprès de l’intéressé. Ce que le droit français qualifie d’« extorsion ». Incarcéré avec un de ses frères, Adama, il finit par être libéré, sous pression de ses avocats, le 26 mai, et placé sous contrôle judiciaire.


Jeune Afrique

Jeudi 10 Septembre 2015 - 11:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter