Football : plus de naissances de garçons

Une étude indique que la Coupe du Monde de 2010 en Afrique du Sud a entraîné une augmentation du nombre de garçons nés dans le pays, neuf mois après l'événement sportif.



La proportion de garçons par rapport aux filles nées dans cette période, a été la plus élevée qui a été enregistrée entre 2003 et 2014, selon l'étude publiée dans la revue Human Early Development.

Les gens étaient plus détendus et probablement qu'ils ont eu plus de rapports sexuels pendant la Coupe du monde, ce qui a augmenté cette proportion, d'après les chercheurs.

"De meilleurs sentiments"

Le docteur Gwinyai Masukume, de l'Université de Witwatersrand, qui a pris part à l'étude, a déclaré à la BBC : "La Coupe du Monde a réduit le stress des gens, ils étaient plus heureux, des études ont montré que les gens avaient de meilleurs sentiments, des sentiments positifs sur eux-mêmes et leur pays.

Les gens ont probablement aussi eu plus de rapports sexuels pendant la Coupe du Monde.

On sait que si les gens ont plus souvent des rapports sexuels, il y a une tendance à avoir plus de naissances de garçons que de filles."


L'étude a montré que la proportion de garçons nés neuf mois après le tournoi par rapport aux filles était 0,5063, alors que la moyenne au cours de la période 2003-2012 était de 0,5029, ce qui représente environ 1 088 garçons supplémentaires.

Les raisons médicales de la modification de la proportion garçons-filles pourraient être la mobilité accrue des spermatozoïdes, l'augmentation de la fréquence des rapports sexuels et/ou la diminution des pertes de fœtus mâles pendant la grossesse, ont conclu les auteurs du rapport.

Ils ont ajouté que ce n'était "probablement pas dû au hasard ou à un effet saisonnier."

"Personne ne sait"

Allan Pacey, professeur d'andrologie à l'Université de Sheffield, a expliqué qu'on savait déjà depuis de nombreuses années que la proportion de naissances mâles pouvait être modifiée temporairement par des facteurs externes tels que les conflits armés et les catastrophes naturelles.

Mais il a concédé que les raisons n'étaient pas encore tout à fait claires.

Il a évoqué des théories selon lesquelles les hommes produiraient plus de spermatozoïdes porteurs du chromosome Y qui donnent des garçons pendant une courte période, ou que les corps des femmes peuvent, en quelque sorte, "trier" les spermatozoïdes après les rapports sexuels et donc modifier la proportion de spermatozoïdes X ou Y qui atteignent l'ovule.

Le professeur Pacey a reconnu que "tous ces mécanismes biologiques sont crédibles, mais personne ne sait lequel d'entre eux est responsable de la modification du nombre de garçons nés dans une population."

Source : BBC Afrique 



Dimanche 8 Novembre 2015 - 07:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter