Football : suspendu par la CAF, l’entraîneur algérien Amrouche crie à l’injustice

À cause d’une suspension prise par la Confédération africaine de football (CAF) en 2014, qu'il estime injuste, l’Algérien Adel Amrouche (47 ans) assure qu’il lui est désormais difficile d’exercer sa profession sur le continent.



Football : suspendu par la CAF, l’entraîneur algérien Amrouche crie à l’injustice

Adel Amrouche envisage sérieusement de changer de continent. L’ancien entraîneur du DC Motema Pembe (RDC) et sélectionneur du Burundi et du Kenya  estime être victime d’une injustice. Le 30 mai 2014, lors d’un match qualificatif pour la CAN 2015 aux Comores (1-1, 1-0 à l’aller), l’Algérois est expulsé par l’arbitre mauricien. « Soit disant parce que j’avais craché sur le 4e arbitre. On m’a infligé un an de suspension, mais j’ai apporté la preuve en images que l’accusation était fausse. On m’a quand même infligé six matches de suspension pour comportement antisportif vis-à-vis du 4e arbitre, alors que celui-ci venait sans cesse devant mon banc de touche et m’empêchait de diriger normalement mon équipe. C’est très sévère. J’ai purgé les deux premiers lors des matches face au Lesotho (1-0, 0-2) en étant dans les tribunes, puis la fédération kényane a mis un terme à mon contrat », explique le technicien algérien.

« J’ai eu des contacts avec les sélections de Tanzanie et d’Éthiopie, et avec l’USM Alger. Seulement, j’ai bien compris que cela posait problème d’engager un entraîneur suspendu pour quatre matches. » Adel Amrouche, qui se contente pour l’instant d’être consultant pour BeInSPORTS, a envoyé un courrier le 20 août dernier à Issa Hayatou, le président de la CAF. « Je lui ai demandé une grâce présidentielle, afin de pouvoir continuer à travailler en Afrique, ce qui est ma priorité. Sinon, je vais devoir m’exiler, en Asie par exemple. »


Jeune Afrique

Lundi 14 Septembre 2015 - 14:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter