Forum sous-régional sur le Leadership Jeune et la Prévention des conflits: Abidjan, capitale de la jeunesse ouest africaine

Offrir aux jeunes un cadre informel de dialogue, d’apprentissage, d’échanges d’expériences et de meilleures pratiques en vue d’améliorer qualitativement leur participation aux processus de paix et de développement dans leurs pays respectifs et à travers la sous-région ouest-africaine. Voilà, entre autres, l’objectif du Forum annuel organisé par le Gorée Institute du 18 au 20 octobre 2017 sur le Leadership Jeune et Prévention des conflits à Abidjan, en République de Côte d’Ivoire.



Forum sous-régional sur le Leadership Jeune et la Prévention des conflits: Abidjan, capitale de la jeunesse ouest africaine
Abidjan, capitale de la jeunesse ouest-africaine pendant trois jours. Ce mercredi 18 octobre, s’est ouvert, au siège de la représentation de la CEDEAO à Abidjan, le Forum sous régional qui a vu la participation de cinquante (50) jeunes membres de la Société civile en provenance de neuf pays d’Afrique de l’Ouest. Des jeunes issus du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Guinée Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo prennent part à ce grand rendez-vous de la jeunesse ouest-africaine. Autorités étatiques ivoiriennes et représentants de la CEDEAO et du PNUD ont répondu présents à la cérémonie d’ouverture du Forum régional de Leadership Jeune et Prévention des conflits en Afrique occidentale. En effet, après le premier succès du Forum tenu en juillet 2016, le Gorée Institute remet ça. Conscient que « la jeunesse est un partenaire à valeur inestimable », le Directeur de l’Institut panafricain souligne qu’il faut « faire en sorte que la jeunesse africaine ne soit pas en marge des décisions institutionnelles ». « Nous ne pouvons pas faire fi de cette force positive qu’est la jeunesse. Il nous faut, au niveau de nos instances internationales, régionales et nationales, favoriser une large implication des jeunes. Chaque jeune ici présent est pour son pays un enjeu stratégique », souligne Doudou Dia qui étale ainsi toute sa confiance à la jeunesse africaine présente à Abidjan. Car, pense-t-il, « pour passer d’une CEDEAO des Etats à une CEDEAO des peuples, l’implication des jeunes est indispensable ».

L’Ambassadeur permanant de la CEDEAO en Côte d’Ivoire qui a pris part à ce deuxième Forum de la Jeunesse estime que les jeunes ont une vocation naturelle de leadership en matière de prévention des conflits. Autrement dit, les jeunes de la CEDEAO, renseigne-t-il, ont conscience que ce sont eux qui ont le plus besoin d’un environnement stable.

Le représentant du PNUD, Luc Joël Grégoire, le Secrétaire Exécutif adjoint du Conseil de l’Entente de Côte d’Ivoire, Patrice Kouamé, le Représentant Permanant de la CEDEAO en République, S.E.M Babacar Carlos Mbaye, le Coordonnateur Résidant du Système des Nations Unies et Représentant du PNUD en République de Côte d’Ivoire , Mbaye Babacar Cissé, le Représentant du ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, la Ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la solidarité de Côte d’Ivoire, Mariatoun Konté, ainsi que le ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique ont, lors de la cérémonie d’ouverture du Forum d’Abidjan, invité les jeunes à la prise de conscience par rapports aux multiples enjeux sécuritaires. Ils attendent de ces derniers, des échanges féconds qui auront des impacts dans l’implication de la jeunesse dans le processus de paix et de développement de la Sous-région. Représentant les forces vives de tous les pays de la CEDEAO, les jeunes sont ainsi appelés à éviter la violence et les manipulations dont ils font souvent l’objet. Pour cette première journée du Forum, la formation des cinquante jeunes réunis à Abidjan est axée sur le Leadership et le dialogue entre les parties prenantes, les jeunes et enjeux sécuritaires en Afrique de l’Ouest : cas du radicalisme et de l’extrémisme violents, mais également sur les jeunes et enjeux sécuritaires : le phénomène des migrations.

Le Gorée Institue qui est à l’initiative de ce grand rendez-vous de la jeunesse ouest-africaine attend des 50 participants qu’ils soient capables de transmettre leurs connaissances pratiques acquises au cours du Forum à d’autres jeunes ou de mener des actions concrètes sur le terrain pour gérer les conflits et prévenir la violence. L’entame de l’évènement coïncidant avec l’anniversaire de la naissance du premier président de la République ivoirienne, Houphouët Boigny, sa célèbre phrase a été rappelée aux jeunes œuvrant pour une Afrique paisible. « La paix n’est pas un vain mot, c’est un comportement ».

Matar Séne

Jeudi 19 Octobre 2017 - 12:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter