Fracassantes révélations sur la tanière: la nouvelle génération a aussi ses frasques extra-sportives

La tanière sous l’ère Amara Traoré et Joseph Koto est loin d’être un modèle de discipline comme la percevaient bon nombre de sénégalais. Comme les lions de la génération 2002, la jeune génération qui semble incarner la rupture et la reconstruction a aussi ses vices. C’est du moins ce que témoigne une source sous le couvert de l’anonymat qui connait bien la tanière pour l’avoir fréquentée ces dernières années.



Fracassantes révélations sur la tanière: la nouvelle génération a aussi ses frasques extra-sportives
El Hadj Diouf et sa bande considérés comme des fêtards hors pair ne sont pourtant pas plus viveurs que leurs successeurs, à en croire ce proche de la tanière qui s’est largement confié à nos confrères de « L’As ». En effet, « ils se passe des choses que vous n’imaginez même pas », révèle-t-il avant de poursuivre « durant tout le temps du regroupement, plusieurs joueurs dorment à 02h ou 03h du matin. Ils font du thé jusque tard dans la nuit, alors qu’ils doivent jouer ou s’entrainer le lendemain. La preuve, plusieurs d’entre eux ont du mal à se lever le matin. Il arrive même qu’ils sautent le petit déjeuner et ne se réveillent qu’au déjeuner ».
 
Même le dernier match pour la qualification à la CAN 2013 ne semble pas être pris au sérieux car la source de raconter qu’ « au dernier regroupement Sénégal-Côte d’Ivoire, j’ai fait exprès d’appeler quelqu’un que je ne citerai pas. Il était 02h du matin passées, mais il n’était pas encore au lit ».
 
Par ailleurs, loin de s’en tenir là, le proche de la tanière qui cache son identité fait état de « joueurs qui logent leurs copines dans l’hôtel et sortent la nuit ». Une épreuve qu’ils réussissent en sortant des billets de « 10.000 F ou 5000 F pour passer les gardiens », renseigne-t-il. Aussi, « l’harmonie et la complicité dans le groupe ne sont pas aussi réelles qu’on le pense du dehors », lâche la source qui fait savoir qu’ « il y a même le groupe des français et le groupe des sénégalais. Les uns  et les autres restent dans leur coin, se fréquentent peu (…) Mais moi comme je ne suis pas dans ces histoires, je navigue entre les deux groupes ».
 
Outre  la disparité entre joueurs, les séances de thé jusque tard dans la nuit et les virées nocturnes, certains joueurs « exigent » que le coach baisse l’intensité des séances d’entrainement, regrette cet habitué de la tanière qui indique qu’Amara et Koto en ont vu de toutes les couleurs.


Jeudi 27 Décembre 2012 - 12:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter