France: La mosquée de Castres profanée la nuit dernière

La mosquée de Castres, dans le Tarn, a été profanée dans la nuit de samedi à dimanche par des inconnus. Ils ont taggé des propos xénophobes sur les murs extérieurs de l'édifice, ouvert en 1986 dans un ancien hangar. Après avoir franchi le portail, les inconnus ont dessiné des croix gammées et inscrit «Sieg heil» sur les murs , mais aussi «La France aux Français» et «White power». La police s'est rendue sur place pour procéder à des relevés d'empreintes.



La mosquée de Castres dans le Tarn a été profanée dans la nuit de samedi à dimanche par des inconnus
La mosquée de Castres dans le Tarn a été profanée dans la nuit de samedi à dimanche par des inconnus
Des pieds de cochon ont également été suspendus à la poignée du portail. Sur la porte, des oreilles de cochon avaient été agrafées et des affiches placardées sur lesquelles étaient dessinés des drapeaux français, a précisé le président de l'association musulmane de Castres, Abdelmalek Bouregba, en indiquant qu'il allait porter plainte. Ce dernier a ajouté que les profanateurs n'avaient pas pénétré à l'intérieur de la mosquée. Outrée par la profanation, il l'a qualifiée d'«acte prémédité».

«C'est un ensemble. Depuis un certain temps, on n'arrête pas de viser la communauté musulmane», a-t-il dénoncé, faisant notamment allusion à certains dérapages dans les débats sur l'identité nationale et au référendum pour l'interdiction de la construction de nouveaux minarets en Suisse.

Aucun incident les jours précédents

«Aucune piste n'est écartée», a déclaré Paul Agostini, le directeur de la police départemental du Tarn, qui a précisé qu'aucun incident, ni litige n'avait été signalé les jours précédents autour de la mosquée.

SOS Racisme a condamné dans un communiqué cette action qui «vise très clairement, de la part des auteurs de ces méfaits à laisser entendre qu'un musulman ne saurait être Français». Il déplore «la libération de la parole raciste, libération que le débat sur l'identité nationale permet et organise».

La préfète du Tarn, Marcelle Pierrot, a rencontré sur place la communauté musulmane «pour lui exprimer sa solidarité». «Ces actes de profanation condamnables (sont) contraires aux valeurs de notre république laïque qui permet à chacun de pouvoir exercer sa foi dans le respect des règles et des valeurs de notre démocratie», a-t-elle déclaré.

«Actes scandaleux et intolérables» pour l'UMP

Le député du Tarn Bernard Carayon (UMP) a dénoncé, pour sa part, cet acte, estimant qu'«il faut beaucoup de médiocrité et de haine pour s'attaquer aux lieux sacrés qui rassemblent les croyants».

«Ces actes scandaleux et intolérables portent atteinte aux valeurs fondamentales de notre République que Nicolas Sarkozy a encore récemment rappelées à tous nos concitoyens et notamment celles du respect de l'autre et de la tolérance», a déclaré le porte-parole adjoint de l'UMP, Dominique Paillé.

Le député Philippe Folliot (app-NC), a aussi condamné de «la manière la plus absolue cette provocation». Il a parlé d'«acte lâche».
Source: Le Parisien

Le Parisien

Dimanche 13 Décembre 2009 - 17:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter