France: le suspect de la fusillade de Montrouge a été identifié

L'auteur de la fusillade, qui s'est déroulé ce jeudi 8 janvier dans le sud de Paris, a été identifié. Deux personnes de son entourage ont aussi été interpellées ce vendredi dans la matinée. Contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps par les autorités, un lien pourrait être établi avec l'attentat contre Charlie Hebdo.



Jeudi dans la matinée, un homme armé d'une kalachnikov et d'une arme de poing, avait ouvert le feu sur des agents municipaux avant de s'enfuir. Une policière municipale de 26 ans est décédée, et un agent de voirie grièvement blessé. Le tireur avait pris la fuite, abandonnant sa voiture, une Clio blanche, à Arcueil, en banlieue parisienne.

L'homme a été identifié et deux de ses proches interpellés dans l'Essonne, selon des sources policières proches de l'enquête. Le ministre français de l'Intérieur avait auparavant fait état d'avancées dans l'enquête sur cette fusillade, au lendemain de l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo. Jusqu'alors, aucun lien n'avait été fait entre ces deux affaires.

Un lien avec les frères Kouachi

L'enquête sur la fusillade de Montrouge, qui a été classée en « acte terroriste », a cependant été confiée aux magistrats antiterroristes spécialisés du parquet de Paris, « au vu du contexte actuel » et de l'armement lourd du tireur. Le parquet comme le ministère n'excluaient pas alors l'hypothèse d'un effet de mimétisme.

Après l'identification du suspect et les deux interpellations, un lien semble finalement bien se dessiner. L'homme pourrait être un proche des frères Kouachi, les deux suspects de l'attentat contre l'hebdomadaire satirique (lire ici notre Direct sur la prise d'otage en cours ce vendredi). Il semble en effet qu'il ait appartenu à la même filière des Buttes-Chaumont, une cellule de recrutement de candidats au jihad qui opérait dans le nord-est de Paris.

Cette filière avait envoyé plusieurs personnes combattre en Irak mais avait été démantelée en 2005 par les services de renseignement. C'est à ce moment là que Chérif Kouachi avait été interpellé alors que lui-même s'apprêtait à quitter la France. Si le lien entre ces deux affaires se confirme, se posera alors la question de la réactivation de cette filière.


Rfi

Vendredi 9 Janvier 2015 - 13:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter