France: polémique autour de la prime de départ du patron d’Alcatel

La rémunération des grands patrons provoque à nouveau une polémique en France. Le directeur général d'Alcatel-Lucent quitte le groupe avec des primes de départ qui pourront atteindre plus de 13 millions d'euros. Des informations révélées par le Journal du dimanche (JDD). Pour parvenir à ce montant, il a même fallu modifier certaines règles en vigueur.



Michel Combes  ne quitte pas la direction générale de l'équipementier télécoms les mains vides. Il va percevoir une rémunération en actions de plus de 8 millions d'euros au cours actuel, une clause de non-concurrence de 4,5 millions d'euros et des stock options pour un million d'euros, au total 13,7 millions d'euros.

Obligation supprimée

En fonction depuis deux ans seulement dans le groupe, le directeur général n'aurait pas pu prétendre normalement à la rémunération en action liée à trois ans de présence dans l'entreprise. Mais cette obligation vient opportunément d'être supprimée.

Les syndicats d'Alcatel-Lucent voient d'un mauvais oeil ce pactole de départ alors que le groupe supprime actuellement 10 000 emplois  dans le monde, dont 700 en France. Et le groupe vient d'être racheté par le finlandaisNokia. Quant à Michel Combes, il ne restera pas pour autant oisif : il prend dès mardi la présidence de Numéricable-SFR.

« Mesure »

Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement, a réagi depuis l'université d'été du parti socialiste de la Rochelle : « La mesure de ce qui doit être la récompense est toujours un sujet politique dans un moment où on sort à peine d’une crise difficile pour beaucoup de Français. Il faut toujours garder le sens de la mesure. Oui, il est nécessaire de récompenser ceux qui s’engagent et ceux qui, en partie, ont fait avancer les choses, mais en même temps ça ne peut pas se faire sans limite, sans principe. C’est ce que je pense et je l’avais déjà dit d’ailleurs à d’autres occasions. » De son côté, interrogé ce 31 août par la chaîne RTL sur ce sujet, le vice-président du Medef, Thibault Lanxade, a jugé ces primes « choquantes ».


Rfi

Lundi 31 Août 2015 - 11:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter