Franck Ribéry et Karim Benzema: des terrains de foot au terrain judiciaire

Le procès des internationaux de football Franck Ribéry et Karim Benzema, pour le recours aux services d'une mineure prostituée, s'ouvre ce mardi 18 juin devant le tribunal correctionnel de Paris. Ils encourent une peine de trois ans de prison et de 45 000 euros d'amende. Les deux stars de l'équipe de France, qui évoluent respectivement au Bayern de Munich et au Real Madrid, sont soupçonnés d'avoir eu des relations sexuelles tarifées en 2008 et 2009 avec la dénommée Zahia, alors mineure, devenue depuis une star des podiums et de presse people. Le procès se déroulera en l'absence des trois principaux intéressés.



Franck Ribéry et Karim Benzema: des terrains de foot au terrain judiciaire
Personne ne viendra à ce procès, ni les deux accusés, ni Zahia. Zahia qui, d'ailleurs, n'est plus partie civile et qui n' a aucunement l'intention d'obéir à l'injonction du parquet de venir témoigner. Le public, la presse risquent également d'être tenu à l'écart. L'avocat de Franck Ribéry veut éviter un étalage des éléments crosutillants de l'affaire, il va demander que l'audience se tienne à huis clos.

Franck Ribéry et Karim Benzema: des terrains de foot au terrain judiciaire
« Poupée Barbie »

Reste le dossier : Franck Ribéry est soupçonné d'avoir eu des rapports sexuels avec Zahia en 2009.

Zahia personnalité très connue dans le monde de la nuit est une jeune femme au physique avantageux de « poupée Barbie » qui se prostituait depuis l'âge de 15 ou 16 ans.

Des prestations qu'elle faisait payer en moyenne de 1 000 à 1 500 euros. Ribéry l'aurait fait venir à Munich, mais assure qu'il ne savait pas qu'elle était mineure. « Comment l'imaginer quand vous avez une femme qui voyage en avion dans toute l'Europe », plaide son avocat.

Quand à Karim Benzema, lui, nie toute relation avec l'escort girl. C'est désormais à la justice de démêler l'affaire des tribulations de Zahia dans l'univers des footballeurs. Des rencontres qui lui auront aussi permis d'accéder à la notoriété et de monter de juteuses affaires. 

Une ligne de lingerie porte désormais son nom. « Elle a bien rebondi », concède son avocat.


Dépêche

Mardi 18 Juin 2013 - 12:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter