François Hollande au Qatar: les investissements sont les bienvenus

François Hollande est attendu au Qatar en fin de journée ce samedi 22 juin. Une visite de quelques heures consacrée aux relations économiques entre la France et l'Emirat. Il sera aussi bien sûr question du conflit en Syrie d’autant que les Amis de la Syrie se réunissent à Doha ce samedi.



Les joueurs du PSG, club emblématique de la force de frappe financière du Qatar en France, accueillis par des milliers de supporters à leur arrivée au Trocadéro.
Les joueurs du PSG, club emblématique de la force de frappe financière du Qatar en France, accueillis par des milliers de supporters à leur arrivée au Trocadéro.

Lors de leur visite la semaine dernière à Doha, pour préparer le déplacement de François Hollande, les équipes de l’Elysée ont failli tomber nez à nez avec Nicolas Sarkozy, l’ami personnel de l’Emir du Qatar. De la libération des infirmières bulgares en 2007 à la chute de Kadhafi, la relation franco-qatarienne a connu son apogée pendant le quinquennat Sarkozy.


Mais l’entourage de François Hollande tient à rappeler que le Qatar est un partenaire historique de la France depuis son indépendance il y a quarante ans. De fait, les présidents passent, les intérêts demeurent de part et d’autre. Et même si François Hollande n’entend pas rivaliser avec son prédécesseur sur le terrain de la relation personnelle, même s’il a réservé ses deux premiers voyages dans le Golfe aux rivaux saoudien et émirien, le président français entend maintenir et même renforcer les relations entre Paris et Doha.


Il y a la diplomatie et la question syrienne, et bien sûr les échanges économiques et militaires. Les investissements du Qatar en France qui paraissent illimités, des grands hôtels au PSG  et qui suscitent la polémique, sont toujours les bienvenus. Comme l’explique un conseiller diplomatique de l’Elysée : «Nous ne sommes pas dans une situation où nous pourrions refuser les investissements étrangers».
 


Rfi.fr

Samedi 22 Juin 2013 - 09:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter