Fronde ouverte contre les Wade : Un Pds/R ou Bis en gestation ?

Doit-on s’attendre à la naissance dans les jours qui viennent des flancs du Parti démocratique sénégalais (Pds)/des Wade, d’un Pds/restauration ou rénovation ou bis (Pds/r/bis) ? Déjà un groupe réuni autour du président de Sénat, Pape Diop, s’est formé et mène la fronde ouverte contre les dernières décisions du « frère » Secrétaire général national, Abdoulaye Wade, président sortant, battu le 25 mars dernier, de mandater Omar Sarr de Dagana.



Fronde ouverte contre les Wade : Un Pds/R ou Bis en gestation ?

Ce groupe comprenant entre autres membres, le président de l’Assemblée nationale, Mamadou Seck, celui du Conseil économique et social, Ousmane Masseck Ndiaye, l’ex-ministre d’Etat, ministre des Mines, Abdoulaye Baldé, maire de Ziguinchor et plusieurs autres personnalités libérales et leurs militants s’oppose aux Wade et entend aller aux législatives sur ses propres couleurs et/ou avec celui ou ceux qui voudraient faire listes communes avec lui.

Autre temps, autre mœurs assurément. Les Wade ne sont plus les tous puissants maîtres du destin et des destinées dont les moindres désirs aussi bien dans le parti, qu’au niveau de l’Etat, s’appelaient à satisfaire sur l’heure « sans hésitation ni murmure ». La preuve : le vieux est contesté jusque dans ses appartements privés depuis le 25 mars dernier, raillent des esprits taquins.

Sa décision en tout cas de mandater, Omar Sarr le maire de Dagana, qui « gagne depuis toujours dans sa localité », tête de liste pour les élections législatives de juillet prochain, a soulevé l’ire de plusieurs ténors du parti, parmi lesquels, le placide Pape Diop, président du Sénat, encore dauphin constitutionnel, son collègue de l’Assemblée nationale, Mamadou Seck et le président du Conseil économique et social, Ousmane Masseck Ndiaye pour ne citer que ceux-là.

Celle d’installation d’une commission restreinte d’investiture sous la direction du même Omar Sarr comprenant entre autres membres, Mamour Cissé,-dont on se pose la question de savoir s’il est devenu purement et simplement un membre du Pds? Et si oui, qu’a-t-il fait de son Psd/Jantbi ?-, l’ancien ministre de la Santé, Modou Diagne Fada et celui de la Décentralisation, Alioune Sow, le « théoricien » d’une élection avec seulement le ? des inscrits, pardon des votants, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. D’autant plus que de sources proches des libéraux défaits, on apprend également que cette commission d’investiture a été étoffée par Bara Gaye, le responsable de l’Union des jeunesses travaillistes (Ujtl) et par aussi…

Bachir Diawara, proche parmi les proches de Karim Wade, tandis que le responsable à la propagande et Monsieur élection adjoint du parti, Farba Senghor en a été écarté curieusement par le «patron», Abdoulaye Wade. Il se susurre qu’on ne lui aurait pas en haut lieu pardonné de s’être rapproché à titre privé de certains membres de Fédérations du parti sur la question des investitures. Que leur a-t-il proposé sans l’aval de ses frères ? A-t-il cherché à « monnayer » leur inscription sur les listes ? Mystère. Tout ce que l’on apprend est que le « frère » Farba Senghor a été prié par Wade de vider les lieux de la commission. Mais, l’homme sait toujours revenir à la maison du maître… 

Dépêche – Sud Quotidien 



Lundi 16 Avril 2012 - 11:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter