Fuites au Bac: les épreuves vendues entre 210.000 et 110.000 F CFA



Fuites au Bac: les épreuves vendues entre 210.000 et 110.000 F CFA
Les fuites au Bac ne datent pas d’aujourd’hui. Ce sont d’anciennes candidates qui ont bénéficié du système frauduleux qui se sont reconverties en intermédiaires.

Tout a commencé lorsque le Parquet a adressé un soit-transmis à la DIC (Division des Investigations Criminelles) après une plainte pour diffusion de fausses nouvelles déposée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Une plainte motivée par la sortie de syndicalistes révélant une fuite dans les épreuves du Bac 2017.

Les enquêteurs commencent leurs investigations et interceptent un premier suspect : Mohamed S., un candidat au Bac dans un centre de Yoff. Celui qui avait vu les épreuves a tenté d’alerter un de ces professeurs mais ce dernier n’a pas réagi. Le candidat qui était manifestement de bonne foi, sera relâché. L’enquête allait s’emballer quelques jours plus tard lorsque des candidats au Bac à Immaculée Conception seront arrêtés par le commissariat du Plateau avec les épreuves. Ce, pendant que d’autres candidats seront interceptés à Tivaoune par la DIC.

Les choses s’enchaîneront en ce moment avec les arrestations à Diourbel, Tivaoune, Kaolack, Keur Madiabel et Dakar.

Un premier lot de 19 sera déférés au Parquet, suivi de 16 autres personnes.

Selon des informations de « Libération », les enquêteurs ont ainsi mis la main sur une dame F. Bakhoum. Cueillie à Keur Madiabel, elle a avoué qu’elle jouait le rôle d’intermédiaire en vendant les épreuves à 210.000 F CFA.

Cette dernière s’est reconvertie dans ce business après avoir elle-même bénéficié du même circuit pour obtenir le Bac l’année d’avant. Son fournisseur n’est autre que le Proviseur de Kahone, Mamadou D. B. qui est en même temps professeur de Philosophie.

Le Proviseur qui est passé aux aveux, a balancé M. Thiam. Celui-ci arrêté en même temps que deux (2) de ses collègues, lui envoyait les épreuves par mails en prenant le soin d’enlever l’entête de l’Office du Bac.

Mamadou D. B. qui reconnait que F. Bakhoum était son élément, jure que les épreuves étaient vendues à 110.000 F CFA.

Autre intermédiaire ayant elle aussi bénéficié des services du Proviseur de Kahone, N. Badiane sera arrêtée par la DIC. Plusieurs copies d’épreuves ont été saisies chez elle lors d’une perquisition.
B. T. Diallo, un ancien étudiant de la Fac de Droit sera interpellé dans les mêmes circonstances. 


Mardi 18 Juillet 2017 - 13:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter