Gabon: Année éléctorale, Ali Bongo met en garde contre la politisation de l'armée

Dans une journée de mardi dédiée aux vœux, Ali Bongo a appelé l’Etat-major à plus d’attention devant l’apparition de réflexes "tribalistes" alors que le pays entre bientôt dans des cycles électoraux.



Gabon: Année éléctorale, Ali Bongo met en garde contre la politisation de l'armée
"La politique a gagné les rangs. Elle n’y a pas sa place. L’armée est une seule et même famille" s'est exprimé en ces termes le chef de l'Etat gabonais devant l'ensemble des représentants des forces de défense et de sécurité du pays réunie dans la salle d’apparat du Palais Rénovation.

Celui qui pourrait être candidat à sa succession à la prochaine présidentielle prévue, selon nos informations, pour aout prochain, a profité de l'occasion pour fixer le cap 2016 des militaires et des policiers. « Cette année doit être celle de la reprise en main ; la discipline n’est pas toujours présente, l’encadrement est volontiers absent et les soldats s’en plaignent. Ce métier ne peut tolérer l’amateurisme car des vies sont en jeu, car nos voisins sont frappés par le terrorisme » s'est exprimé le président gabonais.

Devant le haut commandement de l’armée et de la police nationales, Ali Bongo qui avait sa femme Sylvia à ses côtés, a par ailleurs adressé ses vœux de santé, de prospérité et de succès ainsi que la reconnaissance de la Nation aux femmes et aux hommes qui assurent la sécurité des citoyens sur le territoire ou qui honorent nos couleurs dans le cadre des opérations extérieures.

« Je demande au Gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour la mise à disposition de moyens conséquents afin de respecter le triptyque ‘un homme, une mission, des moyens’ », a-t-il souligné, pointant « une faute très sérieuse, inacceptable » : la non mise à disposition de l’ensemble des moyens prévus pour les forces de défense et de sécurité. Le Commandant-en-chef de la Police est de son côté invité « à mettre un terme au comportement négatif des policiers sur la voie publique » comme selon les termes relevés.

Plus tôt, les présidents gabonais ont échangé les vœux du Nouvel an avec le corps diplomatique puis avec le Gouvernement et corps constitués. Si avec les diplomates, la question transversale de la menace terroriste fut l'un des principaux sujets d'échange, avec les autres, il fut question d'égalité des chances.

En effet, devant les membres du Gouvernement, les Corps constitués, les bureaux des deux chambres du Parlement ainsi que les représentants des confessions religieuses, des confédérations syndicales et patronales, de la presse et des personnels de la Présidence de la République, Ali Bongo a rappelé les acteurs publics à leur insigne obligation : œuvrer pour une société non plus fondée sur les privilèges mais sur l’égalité des chances. Emplois pour les jeunes, féminisation des filières, transition de la rentre à la production, autant d’exigences stratégiques.

Enfin, dans un contexte économique tendu par un baril de pétrole qui, au fil des mois, a perdu 70% de sa valeur, et alors que les attentes citoyennes demeurent légitimement élevées, Ali Bongo a estimé « absolument nécessaire d'améliorer la gouvernance des services publics qui doivent, plus que jamais, être au service des usagers », jugeant « inadmissible qu'une administration reste indifférente aux problèmes de nos compatriotes. Ces fonctionnaires n'ont pas leur place parmi vous ».
source:koaci.com
 

Dior Niang

Mercredi 6 Janvier 2016 - 09:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter