Gabon : Le Directeur de cabinet du Président Bongo arrêté à Paris

Rififi en vue dans les relations entre la France et le Gabon. En effet, le directeur de cabinet de la présidence gabonaise, Maixent Accrombessi, a été interpellé et placé en garde à vue à Paris ce lundi 3 août. C’est à l’aéroport de Roissy, dans le salon VIP, alors qu’il allait prendre l’avion pour Libreville qu’il a été arrêté. Maixent Accrombessi serait mouillé dans une affaire de «corruption d’agent public étranger» et «blanchiment». Les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCLIF) avaient ouvert le 9 juillet 2007 une enquête préliminaire relative à une transaction d’un montant de plus de 7 millions d’euros impliquant la société française Marck, spécialisée dans la confection d’uniformes militaires, et le ministère de l’intérieur gabonais. Elle a démarré à partir de la fin de l’année 2005. Le Directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba est entre les mains de la police française depuis 9h ce matin.



Gabon : Le Directeur de cabinet du Président Bongo arrêté à Paris
Placé en garde-à-vue à Nanterre, il s’explique depuis neuf heures ce matin sur un vieux contrat, datant de la fin de l’année 2005, passé entre la société française Marck, spécialisée dans la confection d’uniformes militaires, et le ministère de l’intérieur gabonais, pour un montant de 7 millions d’euros.
L’assistante de M. Belin, patron de la société Marck, était elle aussi entendue en garde-à-vue.
L’organisme de lutte contre le blanchiment Tracfin avait fait part de ses doutes sur un virement de plus de 300 000 euros émis le 7 juin 2006 par la société Marck vers un compte appartenant à la société CITP, une société sise à Monaco et gérée par le sénégalo-malien Seydou Kane, un proche de Maixent Accrombessi, alors un homme d’affaires qui avait déjà ses entrées au palais présidentiel.

D’autres virements – six exactement – d’un montant total de deux millions d’euros, intriguent les enquêteurs. Ils seraient là aussi partis de la société Marck vers un compte monégasque, cette fois détenu par une société baptisée AIKM, domiciliée au Bénin et gérée par Maixent Accrombessi lui-même.
L’actuel directeur de cabinet du président Ali Bongo a-t-il été corrompu par une entreprise française soucieuse de s’assurer un contrat avec le Gabon ? C’est l’une des hypothèses suivie par les policiers.
Depuis son interpellation ce matin, M. Accrombessi a tenté de faire valoir son immunité diplomatique mais le ministère français des affaires étrangères avait indiqué en amont aux enquêteurs qu’il n’en bénéficiait pas. Sa garde-à-vue peut durer 48 heures. Contacté, un haut responsable de la société Marck n’a pas souhaité faire de commentaires.

Né à Cotonou au Bénin, Maixent Accrombessi, 50 ans, fait fonction de directeur de cabinet du président Ali Bongo depuis son élection en 2009, à la suite du décès d’Omar Bongo.

Cet homme de l’ombre et redouté est l’un des piliers du cabinet présidentiel où il a eu à gérer les affaires privées, un pan de la stratégie politique ou encore le traitement du renseignement. Doté d’un entregent tant en France, où il dispose d’un portefeuille de sociétés et de biens immobiliers, qu’en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale, ce franc-maçon revendiqué est également proche du président béninois Yayi Boni.

Figure autant controversée qu’influente, il est la cible des opposants à Ali Bongo qui lui prêtent des pouvoirs mystiques, notamment vaudou, et le soupçonnent de dérives affairistes.
Avec
dakar-echo.com

Jean Louis DJIBA

Lundi 3 Août 2015 - 17:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter