Gabon: pour le gouvernement, le passage de Jean Ping à l’opposition n’est pas une surprise

L'ancien ministre a annoncé sa rupture avec Libreville ce week-end. Devant des militants de l'opposition, il a affirmé « n'avoir plus rien à voir avec les autorité ». Jean Ping avait pourtant eu de nombreuses responsabilités sous Omar Bongo. Il était également devenu président de la Commission de l'Union africaine lorsque celui-ci était décédé. Mais aujourd'hui, il prend ses distances, expliquant que l'actuel pouvoir chercherait à freiner ses activités de consulting dans le pays. Du côté du gouvernement, on affirme ne pas être surpris. Et aux yeux d'Alain Claude Bilié Bi Nzé, le porte-parole de la présidence gabonaise, si Jean Ping agit ainsi, c'est pour servir ses intérêts personnels.



Jean Ping, alors président de la Commission de l'Union africaine, en janvier 2011. REUTERS/Thomas Mukoya
Jean Ping, alors président de la Commission de l'Union africaine, en janvier 2011. REUTERS/Thomas Mukoya
Alain Claude Bilié Bi Nzé

Porte-parole de la présidence gabonaise

Nous avons constaté que Monsieur Ping s’allie là avec des gens avec qui il n’a strictement rien à voir. [Il] fait partie de ces personnalités qui après avoir été au pouvoir au Gabon, après avoir tout eu du pouvoir gabonais, pensent aujourd’hui que leur heure serait arrivée…"

Source : Rfi.fr

69_gabon_son_reac_p_parole_presidence_ping__1_.mp3 69_GABON_SON_reac_p-parole_presidence_Ping (1).mp3  (380.62 Ko)




Mardi 4 Février 2014 - 09:38




1.Posté par maliactu le 04/02/2014 16:15
Très bien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter