Gabon: un Congrès pour l'alternance à Paris

Plusieurs dizaines d'opposants gabonais sont à Paris jusqu'au dimanche 7 décembre. A l'initiative de la Convention de la diaspora gabonaise de France, les représentants de formations d'opposition, de la société civile ou encore des syndicats sont réunis depuis ce samedi matin dans un Congrès pour l'Alternance. Objectif : échanger des idées, des contacts et définir une stratégie pour contrer le président Ali Bongo et son parti le PDG.



Mettre à bas le «système dictatorial de Bongo» (photo) et préparer l'alternance, c'est l'objectif de ce Congrès pour l'alternance réuni à Paris. REUTERS/Emma Farge
Mettre à bas le «système dictatorial de Bongo» (photo) et préparer l'alternance, c'est l'objectif de ce Congrès pour l'alternance réuni à Paris. REUTERS/Emma Farge

Répression, gabegie, mauvaise gouvernance : au premier jour, l'opposition a égrainé une longue liste de griefs contre le pouvoir. Mais la polémique du moment était dans tous les esprits : l'adoption supposée du président Bongo et son origine étrangère.

Luc Bengone Nsi, candidat à la présidentielle de 2009, avait porté plainte à l'époque sur cette question. « Ali Bongo s’est fait établir un faux acte de naissance, assure Luc Bengone Nsi. Les gens ont voulu en faire un secret d’Etat. Non, on ne peut pas faire un secret d’Etat à ce niveau : Ali Bongo pour nous ne doit pas être là où il est ».

« Si le Burkina l'a fait... »

Ex-hauts responsables et ministres participent. Ainsi, certains craignent un risque de divisions interne. Marc Ona, coordonateur du mouvement citoyen « ça suffit comme ça » met en garde. « On leur a demandé de taire leurs égos. Les égos vont apparaître quand on aura mis le système dictatorial de Bongo dehors. Tant que l’animal n’est pas à terre, ce n’est la peine d’aiguiser les machettes pour le dépecer ! »

Membre du Front Uni, Pierre-André Kombila pense lui que, si rien ne marche, l'exemple burkinabé pourrait se répéter au Gabon. « Il faut que nous puissions mettre hors d’état de nuire tout le système PDG comme nos amis ont réussi à le faire au Burkina… aujourd’hui ils ont tous les moyens de la République : l’argent de la République, les armées de la République… Si le Burkina l’a fait pourquoi le Gabon ne pourrait-il pas le faire ? »

Le Congrès se terminera par la signature d'une charte commune. Reste à savoir s'il s'agit d'un texte pour rien, ou s'il sera suivi d'effet en consolidant l'union face au pouvoir.


Rfi.fr

Samedi 6 Décembre 2014 - 10:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter