Gambie: inquiétude après une vague d'arrestations pour homosexualité

En Gambie, Amnesty International demande la libération des présumés homosexuels arrêtés par l’agence nationale de sécurité depuis début novembre. Il s’agit de cinq hommes, dont un jeune homme de 17 ans, et trois femmes. Les femmes ont été libérées, mais doivent rester sous le coup d'enquêtes. Selon l’ONG, il est probable que d’autres arrestations avaient eu lieu la semaine dernière.



Manifestation d'Amnesty International et de la Ligue des droits de l’homme à Dakar en juillet 2013 pour demander à la communauté internationale de ne pas détourner les yeux de la Gambie. RFI/Carine Frenck
Manifestation d'Amnesty International et de la Ligue des droits de l’homme à Dakar en juillet 2013 pour demander à la communauté internationale de ne pas détourner les yeux de la Gambie. RFI/Carine Frenck

Les détenus, sans être formellement inculpés, n’ont pas la possibilité de parler avec leurs proches ni avec un avocat. Pendant plusieurs jours, ils étaient enfermés dans une cellule sans lumière et menacés de viol pour leur faire confesser leur homosexualité, a apprisAmnesty International. Ce qui constitue une forme de torture pour l'ONG.

Cette vague d'arrestations intervient dans un contexte où l’Assemblée nationale gambienne a voté en août dernier une loi qui condamne à la prison à perpétuité les actes homosexuels. Plusieurs personnes, craignant d’être soupçonnées d’homosexualité, ont déjà fui la Gambie de peur d’être arrêtées.

François Patuel, chargé de campagnes d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest, espère qu’une nouvelle résolution de la Commission africaine va forcer les autorités gambiennes à cesser leurs opérations homophobes.


Rfi.fr

Lundi 24 Novembre 2014 - 11:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter