Gambie: les femmes qui travaillent dans les institutions publiques obligées de se voiler

A peine un mois après que le président Yahya Jammeh a déclaré son pays une république islamique, le gouvernement de la Gambie a ordonné à toutes les femmes fonctionnaires de couvrir leurs cheveux pendant les heures ouvrables.



Gambie: les femmes qui travaillent dans les institutions publiques obligées de se voiler
 Yaya Jammeh, 50 ans, un ancien officier de l'armée qui cultive l'image d'un musulman pratiquant, et est souvent vu tenant un Coran et un chapelet, dit que la décision de déclarer la Gambie un Etat islamique a été fondée sur le fait qu'une «majorité des Gambiens sont musulmans et la nécessité de préserver l'identité et de la foi islamique du pays dans un environnement de véritable islam où les droits de tous les citoyens seraient respectés et protégés».  Fort de ce fait, le président souligne que si les Gambiens vivent par des vertus divines, la République islamique de Gambie «serait transformé au-delà de toute imagination, en termes de développement humain et de prospérité économique». Et tandis que le président avait promis à l'époque qu'il n'y aurait pas de restrictions sur la tenue vestimentaire et que d'autres religions seraient respectées, le Bureau de gestion du personnel du pays a demandé à tous chefs de ministères et organismes gouvernementaux de s’assurer que tout le personnel féminin sous leur commandement, se couvrent la tête au travail.

La lettre datée du 4 Janvier 2016 (Réf PMD 153/02 / PartIII / (115) et signé par M. A. Jafuneh, indique: «Ceci est pour vous informer qu'une directive a été émise, que les femmes au sein du gouvernement, des ministères, départements et agences ne sont plus autorisées à exposer leurs cheveux pendant les heures de travail officielles à compter du 31 Décembre 2015».
 
D’après la directive, les femmes doivent soigneusement envelopper leurs cheveux. Ainsi tous les responsables qui sont à la tête des ministères et organismes publics sont priés de mettre en œuvre en toute urgence cette directive et de la porter à l'attention de leur female staff (personnel féminin). Toutes sont strictement conseillées d'y adhérer. Il faut dire que "la décision du président Yaya Jammeh de déclarer le pays un Etat islamique a été condamnée par des groupes de droite civils et les dirigeants de l'opposition qui l'ont accusé d'avoir violé la constitution du pays, de troubler la paix du pays et en essayant de détourner les Gambiens des vrais problèmes auxquels ils sont confrontés tous les jours tels que la flambée des prix des denrées de base, l'effondrement de l'économie, les services de santé insuffisants, la mauvaise qualité de l'éducation, l'exode massif des jeunes vers l'Europe par le Backway, les menaces à l'indépendance du pouvoir judiciaire et licenciement des fonctionnaires sur les directives exécutives". 

Jollofnews.com


Mardi 5 Janvier 2016 - 12:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter