Garde-a-vue au commissariat du port : cheikh Sidya Bayo pique deux crises

L'opposant Gambien, Cheikh Sidya Bayo traverse une mauvaise passe. Selon ses proches, il a piqué une crise à deux reprises le week-end dernier et est interné à l'hôpital Principal où il continue d'observer une grève de la faim. L'inhumation de son père à Touba a exacerbé l'infection pulmonaire qu'il traine. L'Etat semble déterminé à l'extrader vers la France dès que la Cour Suprême donne son verdict attendu demain.



Marche républicaine: six présidents africains à Paris
Marche républicaine: six présidents africains à Paris


Retenu à la police centrale depuis plus d'une semaine, l'opposant gambien, Cheikh Sidya Bayo, a entamé une grève de la faim depuis la semaine dernière. Selon le journal « L'As », il a piqué une crise de nerf samedi lors de son transfèrement de l'hôtel de police de Dakar au Commissariat spécial du Port. Criant à tue-tête pour exiger sa libération immédiate, afin de se rendre aux obsèques de son père, il a fini par perdre connaissance. Cheikh Sidya Bayo a ainsi été conduit à l'hôpital Principal de Dakar où il a été admis aux urgences.

Ses avocats Me Assane Dioma Ndiaye et Bamba Cissé, très remontés, dénoncent cette «mise en quarantaine inhumaine». «Les auteurs de ces actes ont pris une responsabilité très grave qui va peser sur leur conscience toute leur vie durant, peste Me Assane Dioma Ndiaye.


Lundi 12 Janvier 2015 - 10:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter