Gestion des inondations: trève d’affairisme



Gestion des inondations: trève d’affairisme
La cohorte de ministres du bonhomme président Maky Sall en charge de la question sérieuse des inondations récurrentes que connait notre pays en période d’hivernage doit regretter, en cet instant précis, d’être allé trop vite en besogne. Messieurs Mansour Faye, Diène Farba Sarr et Diène Faye ainsi que Mme Fatou Tambedou ont trop tôt crié victoire tout juste après les premières pluies sur Dakar ! Les deuxièmes pluies les ont fait déchanter car non seulement rien n’a changé mais pire encore, certains ouvrages qu’ils célébraient glorieusement, réalisés au titre du faramineusement suspect pactole de 77 milliards de FCFA dédié aux inondations, se sont effondrés comme château de cartes.

 
Hélas, il va tout falloir recommencer et la faute en est donc à ce pilotage à vue pour ne pas dire tâtonnement qui caractérise depuis le début la gestion de cette question épineuse et qui est illustré par les violentes disputes nées après coup ! Et il en sera ainsi tant qu’elle continuera d’être sujet de surenchère électoraliste et que chaque nouveau régime prétendra détenir la réponse qu’il s’échinera à dérouler en faisant fi des péripéties précédentes. Il en sera ainsi tant que l’on ne se résoudra pas à adopter une approche holistique de la question et qu’elle ne cessera d’être au centre d’enjeux financiers de la part de lobbies affairistes amico-parentaux.
 

Maître Wade l’avait un temps agitée mais vite abandonnée sous la pression des vautours des inondations. Pour la petite histoire, des experts climatologues de divers pays se sont réunis à Dakar au moins de mai dernier à Dakar. Suite à leur conclave, ils avaient bien voulu partager avec l’opinion leurs prévisions d’une situation pluviométrique normale à excédentaire sur la majeure partie du territoire sénégalais. Dès lors, que les ministres des inondations se soient gourés aussi sottement témoigne que le gouvernement sénégalais à défaut de tenir compte de ces prévisions scientifiques aurait plutôt privilégié les prédictions mystiques des saltigués du royaume d’enfance (!) en faveur de pluies peu abondantes.
 

Il ne s’agit pas simplement d’opposer culture ou religion à la science...Un président de la République a-t-il le droit de prendre le parti de se taire en convoquant le mauvais sort et le mauvais œil ?  Ne devrait-il pas plutôt se taire pour tenter de faire quelque chose de grand ?

Djibril NDIAYE, cilpdak.blogspot.sn

Samedi 12 Septembre 2015 - 20:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter