Ghana / En ‘‘difficultés financières’’ : Koné Katinan passera Noël en prison

Les avocats de Koné Katinan Justin ont jusqu’au 17 janvier 2013, pour examiner les nouvelles preuves fournies par l’Etat de Côte d’Ivoire. Ainsi, en a décidé le juge ghanéen Aboagye Tandoh, lors d’une audience, le jeudi 20 décembre 2012.



Ghana / En ‘‘difficultés financières’’ : Koné Katinan passera Noël en prison
Justin Koné Katinan n’est toujours pas au bout de ses peines. Le juge ghanéen Aboagye Tandoh a, à nouveau reporté le procès du porte-parole de Laurent Gbagbo au jeudi 17 janvier 2013, après un autre report le 7 novembre 2012.

Selon les autorités judiciaires ghanéennes, le gouvernement ivoirien a fait parvenir de nouveaux éléments de preuves, le mardi 18 décembre 2012, pour appuyer la demande d’extradition de Justin Koné Katinan, poursuivi pour crimes économiques. L’audience d’hier, n’aura duré que quelques minutes, le temps pour le juge d’informer les avocats du porte-parole de Laurent Gbagbo du nouveau report de l’audience. Mais avant, le juge Aboagye Tandoh a menacé Koné Katinan de délivrer un mandat d’arrêt contre lui, du fait de son retard à l’audience. Selon l’Agence France presse (AFP), Koné Katinan arrivé en retard au tribunal, en compagnie de son avocat, a demandé au juge de l`autoriser à se rendre chez lui pour passer Noël avec sa famille et à lever des fonds, invoquant des difficultés financières.

Le juge a rejeté ses demandes et l`a averti que, la prochaine fois qu`il arriverait en retard, il délivrerait un mandat d`arrêt contre lui. «La prochaine fois que vous arriverez en retard, un mandat d`arrêt sera émis contre vous et vous aurez des problèmes. La cour commence ses travaux à 08H30 (07H30 GMT) ou au plus tard à 09H00», a rappelé le juge Aboagye Tandoh. Avant l’audience du 17 janvier prochain, les avocats de Koné Katinan auront quatre semaines pour prendre connaissance des nouvelles preuves fournies par les autorités ivoiriennes, afin de préparer la défense de leur client.

Le 7 novembre dernier, lors d’une audience au Tribunal du District d’Osu-Accra, le juge ghanéen avait reporté le procès au 20 décembre 2012. Cette décision avait été contestée par la défense, qui a relevé «des délais continuels dans l’examen de la procédure d’extradition» dans cette affaire. Même si le juge Aboagye Tandoh avait demandé plus de temps pour analyser le dossier, et avait souhaité que les autorités ivoiriennes déposent tous les documents avant le 20 décembre 2012, certains analystes avaient vite fait de lier le report de l’audience à l’organisation des élections présidentielles ghanéennes du 6 décembre 2012.

Dépêche




Abidjan.net

Vendredi 21 Décembre 2012 - 07:54


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter