Gorée diaspora festival : Le comité d’organisation veut en faire plus qu’un festival festif

Et de cinq pour le Gorée diaspora festival(Gdf). C’est du 4 au 7 novembre que se tient en effet la cinquième édition de cette rencontre sur l’île mémoire. Le thème de cette cinquième édition est « les îles, lieux de mémoire, de paix et de réconciliation ».



Gorée diaspora festival : Le comité d’organisation veut en faire plus qu’un festival festif
Un prétexte pour replonger dans l’histoire de l’esclavage. Un colloque se tiendra exclusivement sur le thème et sera animé par différents experts venus d’un peu partout dans le monde. Raymond Saint-Louis Augustin, maire du fort de France fera une présentation sur le sujet au moment où le professeur Buuba Diop se chargera de modérer la conférence animée notamment par Charles Akibodé historien capverdien et Xavier Ricou, architecte sénégalais.

A côté de ce colloque international seront organisés une randonnée maritime, un carnaval, une soirée théâtrale et poétique, différents concerts, des expositions d’œuvres d’arts, l’art culinaire des îles présentées et des projections de films. Ainsi, le Gfd se veut plus qu’un festival musical. « Nous voulons faire du Gorée diaspora festival plus qu’un festival festif en touchant beaucoup d’activités et en essayant de développer l’économie culturelle et touristique», indique le président. Le budget prévisionnel pour ce beau programme s’élève à près de 51 millions.

Par ailleurs, le Brésil et le Cap Vert sont à l’honneur cette année aux côtés de la Martinique. Une façon pour les organisateurs de retracer le commerce triangulaire. Car soutient Me Senghor, « les esclaves quittaient Gorée ou Praia avec la Martinique comme point de chute ». Il précise quand même « que le triangle qui va être refait sera celui de la paix et de la réconciliation ». Aussi, ces pays succèdent ainsi au Venezuela qui était l’invité de la dernière édition qui s’est tenue il y a deux ans. Oui, c’était il y a deux ans même si ce festival était parti pour être annuel. « L’année dernière, on n’a pas organisé le Gpd pour deux raisons : au sein du comité d’organisation s’est installée une discussion autour de la périodicité du festival, certains ont proposé d’en faire une biennale, d’autres pensent le tenir chaque an est mieux. L’autre raison est la tenue du festival mondial des arts nègres » informe le président du Gdf par ailleurs maire de Gorée, Me Augustin Senghor. Le débat sur la périodicité n’est pas encore clos et rien n’est arrêté car comme le dit Me Senghor « le débat est encore ouvert ». Les écueils de l’année dernière ne sont pas surmontés. N’empêche, se tient le festival car les gens attendent.


Bigué BOB

Mercredi 20 Octobre 2010 - 20:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter