Gouvernement : bisbilles entre Amadou BA et Abdoulaye Bibi Baldé autour d'un bureau, Aminata Touré arbitre




Ça sent le souffre dans le gouvernement. Nommé ministre du Plan depuis le dernier remaniement ministériel, Abdoulaye Bibi Baldé n’a toujours pas trouvé de pied à terre. Les locaux qui lui avaient été attribués lui sont contestés par le Direction générale des finances, soutenue, semble-t-il, en sous main, par le ministre des Finances lui-même. Et Baldé en a marre.

La situation des ministres sans Bureau fixe (mbf) du gouvernement de Macky Sall risque d’amener une situation délétère au sein du gouvernement. Ainsi, si Abdoulaye Bibi Baldé, ministre du Plan continue à l’instar de son collègue Aly Ngouille Ndiaye des mines, à expédier les affaires de l’Etat entre son salon et sa chambre à coucher, ses collaborateurs en imputent la faute à son collègue de l’Economie et des Finances, Amadou BA.

Certains fonctionnaires du Plan reprochent en effet à certains agents du ministère de l’Economie et des Finances de tout mettre en œuvre pour empêcher aux services du ministère du Plan d’occuper l’immeuble qui a été accordé au département d’Abdoulaye Bibi Baldé. L’immeuble situé juste entre les ministères du Tourisme et de l’Economie et des Finances et dans le temps, le local du ministère du Plan, quand ce département existait encore. A la disparition de ce département donc les locaux furent attribués à l’époque du Président Wade, au ministère de la Formation et de l’Enseignement technique, avant de tomber doucement en décrépitude et à l’abandon.

Quelques temps après, les fonctionnaires de la Direction Générale des Finances (DGF) qui se sentaient à l’étroit dans leurs locaux de l’immeuble Peytavin, ont demandé à ce que ces locaux leurs soient attribués, et qu’ils allaient prendre en charge leur réfection. Les travaux de réfection entamés, la DGF n’a toutefois jamais jugé utile d’entamer le déménagement vers ces locaux. Il a fallu la renaissance du ministère du Plan dont une bonne partie des services sortent des flancs du ministère de l’Economie et des Finances pour que l’engouement pour cet immeuble reprenne.

La Direction du Patrimoine bâti a autorisé le Cabinet de Bibi Baldé à occuper les lieux en lui précisant que les agents du ministère de l’Economie et des Finances auxquels il avait été accordé n’ont jamais montré d’enthousiasme pour rejoindre les lieux. Devant cette situation, le cabinet du ministre avait la préséance sur les autres services. Or, quand ils en ont été informés, les services d’Amadou Ba ont tout bloqué selon le journal « le quotidien » qui livre que c’est la DGF qui a rappelé que c’est à lui qu’avait été attribué les locaux et qu’il s’apprêtait à les occuper. Et pour bien illustrer la chose, la plaque que le ministre Baldé avait fait installer a été jetée à terre et remplacée par une autre. Ce, indiquant que la Direction de la Solde et des rentes viagères du ministre de l’Economie et des Finances occupait les lieux, poursuit la source qui précise que le directeur de la Solde s’est attribué d’autorité le bureau en a même fait changer les serrures et n’y passe que de manière sporadique.

Pour l’heure, excédé de devoir travailler à partir de chez lui alors que ses proches collaborateurs sont obligés de squatter de l’espace à la Direction du Plan, Abdoulaye Bibi Baldé a fini par en parler directement à son collègue des Finances. Amadou Ba qui a semblé tomber des nues, selon des collaborateurs du Plan qui rapportent l’information. Jouant l’ignorance, le ministre de l’Economie et des Finances a promis de décanter rapidement la situation. Depuis lors, rien n’a bougé. De guerre lasse, le ministre du Plan a saisi la cheffe du gouvernement. Selon les informations de nos confrères, la « dame de fer » aurait demandé à Amadou BA de faire preuve de diligence. Ce que ce dernier aurait promis. Pour le moment sans suite.


Jeudi 21 Novembre 2013 - 11:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter