Grand cadre vs Gouvernement : Les enseignants font de la résistence

Le président de la République avait annoncé hier, qu’il était probable qu’un accord soit trouvé entre l’Etat et le Grand cadre. Ce vœu ne s’est pas réalisé puisque les deux parties se sont quittées hier sans consensus.



Grand cadre vs Gouvernement : Les enseignants font de la résistence
Sous la houlette des facilitateurs hier, le Gouvernement du Sénégal et le Grand cadre n’ont pas pu accorder leurs violons. Et ce malgré les bonnes dispositions affichées çà et là.  En effet, malgré la satisfaction de 24 des 33 points qui constituent leurs principales revendications, Mamadou Lamine Dianté déclare que «lever le mot d’ordre n’est pas à l’ordre du jour», et que tout allait se décider au niveau de la base.

Cependant le Grand cadre affirme que le discours tenu par les autorités n’est pas conforme aux faits. Et il en vœu pour preuve la ponction sur les salaires : «Dans ce contexte où les uns et les autres appellent à l’apaisement, il y a des mesures qui sont prises en toute illégalité et qui ne feront que jeter de l’huile sur le feu. Quand les syndicats d’enseignants respectent la procédure et arrivent à des arrêts de travail conformément à la loi de ce pays, les ponctions de salaire doivent se faire en toute conformité avec la procédure. Ce qui se fait ne va pas décrisper la situation», a déclaré Mamadou Lamine Dianté.

Pour sa part, le Gouvernement, par la voix du ministre de l’Education nationale cette ponction sur les salaires est en parfaite conformité avec la loi : «Ce n’est pas une sanction, c’est la loi, c’est la jurisprudence», clame Serigne Mbaye Thiam. Et de poursuivre : «La contrepartie du droit de grève, c’est que le gouvernement qui utilise l’argent du contribuable sénégalais pour payer les fonctionnaires, ne les paient pas quand les jours ne sont pas travaillés».

Ousmane Demba Kane

Vendredi 17 Avril 2015 - 09:02




1.Posté par verite oblige le 17/04/2015 19:03
ce gouvernement de vampire et parasite ne respectera jamais le protocole d'accord mais chers dirigeants syndicaux ne baissez pas les bras.
il est entrain de jouer au ping-pong car il n'a pas de véritable partenaire pour le financer.
ce sont les toubab qui ont échoué chez eux qu'il s'est confié

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter