Grève dans les collectivités locales-Diouf Sarr : «Il y a peut-être un autre mobile…».

Le renouvellement, pour encore 72 heures, du mot d’ordre de grève des travailleurs des collectivités locales n’enchantent pas Abdoulaye Diouf Sarr. En effet, le ministre de la Gouvernance locale trouve même qu’il est probable que des raisons autres que celles avancées animent les grévistes.



Grève dans les collectivités locales-Diouf Sarr : «Il y a peut-être un autre mobile…».
«En termes de revendications concrètes, il n’y avait pas fondamentalement des éléments d’urgence. La question des salaires a été régulièrement réglée par un appui constant de l’Etat, tout comme de la Fonction publique locale », a déclaré Abdoulaye Diouf Sarr qui était à Rufisque ce week-end.

Selon lui, «il n’y a pas fondamentalement de difficultés au niveau de collectivités locales. Ils nous parlent des effets de l’acte 3 de la décentralisation, ce qui est générique. Nous même, nous avons compris qu’il nous fallait évaluer et l’ajustement va être apprécié en conseil interministériel ».

Revenant sur la décision des grévistes de poursuivre leur lutte, le maire de Yoff déclare : «Il y a peut-être un autre mobile. Et si c’est le cas, les militants de base au niveau des collectivités locales vont s’en rendre compte et demander aux responsables de revenir à la raison ».

Mais s’ils s’obstinent à vouloir continuer la grève, Diouf Sarr assure qu’il n’y aura pas de répercussions sur la marche des collectivités locales : «Si des collectivités locales, profitant du contexte des exécutifs, veulent en profiter pour dérouler leur plan politique, en fermant les collectivités locales, faisant en sorte que les populations ne puissent pas accéder au service public, l’Etat va s’interposer et faire en sorte qu’il y ait de manière permanente la continuité du service public».

Ousmane Demba Kane

Lundi 1 Février 2016 - 10:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter