Grève des étudiants de l’Eamac : l’Anacim recadre les termes de la sélection et les solutions envisagées



Grève des étudiants de l’Eamac : l’Anacim recadre les termes de la sélection et les solutions envisagées
Les étudiants qui viennent de réussir au concours de l’Ecole Africaine de la Météorologie et de l’Aviation Civile (Eamac), avait menacé de faire une grève de la faim s’ils ne reçoivent pas leurs bourses pour rejoindre Niamey où doit se faire la formation. Face à cette situation, les autorités de l’Anacim qui gère cette affaire ont tenu à apporter des précisions.

Selon elle, l’Eamac  organise chaque année un concours dans les Etats Membres au profit de leurs ressortissants. Les candidats subissent les mêmes épreuves à des dates communes. A l’issue du concours de la session de mai 2014, trente (30) sénégalais ont été déclarés admis aux différents cycles mais paradoxalement 18 d’entre eux ont obtenu des moyennes inférieures à 10/20. « En toute rigueur, ces derniers ne devraient pas être déclarés admis; à cet effet, tous les correctifs nécessaires seront apportés au système de sélection. Cette situation découle de la volonté de l’EAMAC de permettre à des candidats d’être admis dans certains Etats Membres où les résultats étaient catastrophiques », informe Magueye  Marame Ndao, le Gd de l’Anacim.

Selon lui, il n’y a jamais eu autant d’admis en une seule année et à chaque session, les résultats se situaient toujours entre zéro et 5 admis. Les contraintes budgétaires des structures du secteur ne permettent pas de financer la prise en charge des coûts de formation d’un nombre aussi important à l’étranger où les frais de formation pour chaque personne varient entre 2,7 et 14 millions de francs CFA selon le cycle (Technicien, technicien supérieur ou Ingénieur).

« A l’image des concours d’entrée aux grandes écoles inter-Etats, chaque Etat et/ou ses structures prennent les meilleurs en fonction de leurs besoins et le reste des candidats déclarés admis prennent en charge leur propre formation. Même au début des années 90, l’Etat et ses structures ne donnaient aucune bourse aux candidats externes à l’ASECNA » soutient M. Ndao.

Malgré cela, l’ANACIM a demandé à tous les Responsables de Structures de la plateforme aéroportuaire de prendre un lot d’admis en charge en fonction de ses besoins, dit-il. Ainsi, l’ASECNA a accepté de prendre 4 contrôleurs de la circulation aérienne supplémentaires et l’ANACIM a aussi accordé à 5 d’entre eux des bourses d’études qui prennent en chargent leurs frais de scolarité qui varient entre 2,7 et 14 millions, leurs bourses et billets d’avions aller/retour Dakar/Niamey/Dakar.

Selon toujours le communiqué, les candidats déclarés ont été reçus par le DG de l’Anacim le 14 octobre dernier. La rencontre avait débouché sur l’acceptation par l’EAMAC de la conservation pour la rentrée d’octobre 2015 des admissions de ceux qui ne pourraient pas s’inscrire cette année ; dans ce cas des demandes de bourses seraient adressées aux structures de la plateforme aéroportuaire et à d’autres organismes intéressés. D’un autre côté, les admis qui peuvent se prendre en charge sont autorisés à s’inscrire directement à l’EAMAC pour les rentrées 2014 ou 2015.
 


Mercredi 29 Octobre 2014 - 15:50




1.Posté par OUATTARA Zaïnabou le 22/03/2015 18:20
merci pr tt

2.Posté par Aliou kande le 01/04/2015 22:42
J'aime ce noble metier afin de participer à l'emergence du pays mais aussi de l'AFRIQUE

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter