Grèves des syndicats d’enseignants : l’année scolaire plus que menacée.

Le secteur de l’éducation va encore connaître cette année des perturbations. En effet, le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen et du secondaire (Cusems), a manifesté son désir d’en découdre avec le gouvernement pour lui faire respecter les accords signés avec eux. Et c’est pour obtenir gain de cause que le Secrétaire général du Cusems, Abdoulaye Ndoye, a informé que leur premier plan d’action va débuter ce 1e mars, partant du débrayage, à la grève totale.



Grèves des syndicats d’enseignants : l’année scolaire plus que menacée.
Le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen et du secondaire est fin prêt pour une confrontation avec le gouvernement. C’est ce qu’a déclaré Abdoulaye Ndoye à nos confrères de la Rfm. Selon le Secrétaire général du Cusems, leur premier plan d’action va débuter ce mardi 1e mars par un débrayage suivi d’une assemblée générale. Et ce sera un mouvement coordonné avec d’autres syndicats.

«Pour exiger le respect de tous les accords signés avec les syndicats d’enseignants et dans un élan unitaire, prenant conscience de la gravité de la situation, le Cusems, le Grand cadre et le Saes ont décidé d’observer le mardi 1e  mars 2016 un débrayage à partir de 9 heures, suivi d’une assemblée générale ; le mercredi, une grève totale suivie d’une conférence de presse et le vendredi 11 mars, nous allons observer une grève totale et un grand rassemblement de tous les enseignants. Nous allons également demander à nos camarades de la Santé, des Collectivités locales et du Sytjust de venir avec nous parce qu’il s’agit aujourd’hui de mettre en place un front unitaire, pour exiger du gouvernement le respect de tous les accords signés», a-t-il déclaré.

Mais cette grève n’empêchera pas la poursuite de la rétention des notes déjà décidée, informe-t-il. Et de conclure : «le gouvernement a signé beaucoup d’accord sur l’alignement des indemnités de logement, la gestion de la carrière des enseignants, la formation diplômante et j’en passe, s’y ajoutent les retards dans le paiement des salaires et des indemnités des enseignants ». Ce qui, à ses yeux, est intolérable.

Ousmane Demba Kane

Dimanche 28 Février 2016 - 09:10




1.Posté par barga le 29/02/2016 13:34 (depuis mobile)
Prière au gouvernement de prendre acte aux demandes des enseignants.
C''''est vrai l''''enseignant est mal traité par rapport aux autres fonctiOnnaire
il faut respecter vos propos ,cher président.
Lo meunoul bouko diguet

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter