Grincements de dents dans la diplomatie sénégalaise : Babacar Justin Ndiaye donne raison aux diplomates de carrière

La rogne des diplomates de profession ne laisse pas de marbre le politologue et fin analyste de la politique intérieure et extérieure sénégalaise. Dans un entretien qu’il a accordé à nos confrères de « Libération », Babacar Justin Ndiaye analyse la fronde menée par les Conseillers et Chanceliers du ministère des Affaires étrangères comme un vase débordé.



Grincements de dents dans la diplomatie sénégalaise : Babacar Justin Ndiaye donne raison aux diplomates de carrière

Tenant tout d’abord à préciser que les diplomates « ne sont pas des dockers » et « appartiennent à une corporation raffinée, courtoise et cultivée»,  le politologue discerne que si de telles personnes en arrivent à « hurler » leur colère, « c’est certainement parce que globalement le vase…des pratiques non orthodoxes a débordé ».
 
Le journaliste estime à cet effet que le président de la République, Macky Sall « doit être tatillon sur le choix des ambassadeurs et des consuls généraux » car réitère-t-il, « ce sont les diplomates qui sont les artisans et les garants de notre image et de notre performance extérieures ».
 
A rappeler que les organisations que sont l’Union des Conseillers des Affaires Etrangères du Sénégal (UCAES) et l’Amicale des Chanceliers des Affaires Etrangères du Sénégal (ACAES) très irritées par  leurs « mauvaises conditions de travail et les pratiques injustes », ont interpellé les autorités sur les conséquences désastreuses de cette pratique contraire à la bonne gouvernance. 


Lundi 13 Mai 2013 - 14:03




1.Posté par ndiayabi le 14/05/2013 09:17
Babacar justin ndiaye n a jamais travaillé dans une ambassade pour connaitre de l utilité de ces gens là. la plupart ne connaisse rien surtout ceux venant directement des universités. ils ne sont ni cultivé et manque d expérience. A titre d exemple; vous pensez qu un jeune diplomate peut décrocher un rendez vous chez obama, hollande, zuma jonathan , bouteflika etc...... il faut des personnes qui ont des entrées et sorties pour avoir de telles audiences. ces ambassadeurs passaient des coup de fil directement soit au président soit a son directeur de cabinet ou protocole pour décrocher de rendez vous présidentiel. Demandez à KABA qui était à Libreville ou à saïdou nourou ba en algérie....or ces jeunes ne connaissent personne ils doivent travailler encore et gagner des galons de reconnaissance avant d etre quoi que soit. Un ambassadeur doit avoir un nom avant d être nommé..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter