Grogne à l’hôpital régional de Thiès: la Sous-section SUTSAS réclame ses acquis



Grogne à l’hôpital régional de Thiès: la Sous-section SUTSAS réclame ses acquis
214 membres de la sous-section SUTSAS (Syndicat Unique des Travailleurs de la Santé et de l’Action Sociale) de l’hôpital El Hadj Ahmadou Sakhir Ndiéguène de Thiès ne sont pas contents. En grève, ils tiennent des sit in de 10 à 14 heures depuis hier. Occasion que Pape Mor Ndiaye, secrétaire général de la sous-section SUTSAS dudit l’hôpital et Cie ne ratent pas pour dénoncer la remise en cause de leurs acquis et « le mutisme » de la Direction.
 
 Au-delà de « la mise en veilleuse » des cadres de réflexions, ces syndicalistes pestent contre « des mesures prises sans passer par ces organes de concertations par rapport aux services vacants ». La cheffe du Laboratoire en vacances pour raison de maladie, « aucune note n’a été faite pour mettre à l’aise celui qui assure l’intérim », crache Pape Mor Ndiaye.

« Le rattachement du scanner à l’imagerie tardant à se faire », ce dernier juge « peu démocratique » la gestion de la Direction « par rapport à la Gouvernance (et) les grandes questions sur lesquelles (ils) devaient discuter notamment les projets de l’hôpital ».

Selon ces propres termes, « la convention qui (les) lie à l’université qui est remise, à chaque fois, au lendemain alors qu’elle doit être renouvelée».

Pour ce qui est la gestion du personnel, la Sous-section SUTSAS déplore le « favoritisme dans la formation ». Ce que les syndicalistes n’entendent plus cautionner « parce que ce volet intéresse tout le monde », assène-t-elle avant d’aborder la question des acquis.

Ladite partie qui ne badine pas non plus avec la prise en charge médicale du personnel en activité tout comme les retraités et leurs familles, réclame un médecin pour le personnel. «Aujourd’hui, ce qu’on observe, le médecin qui était mis à la disposition du personnel, on ne le voit plus, il faut nommer un autre. Quand un des membres de ce personnel tombe malade, il fait la queue comme tous les patients. Ce n’est pas normal », martèle Pape Mor Ndiaye.


Mardi 18 Juillet 2017 - 14:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter