Grogne des mécaniciens de l’ex Pompier : le chef de l’Etat interpellé

Les mécaniciens déguerpis de l’ancienne gare routière de Pompier sont dans le désarroi du fait qu’ils tardent à entrer en possession des 7 hectares que le président de la République leur avait alloué.



Grogne des mécaniciens de l’ex Pompier : le chef de l’Etat interpellé
Devant le retard noté pour leur relogement les 191 chefs de garages déguerpis de l'ex gare routière Pompier ont crié leur ras-le-bol. En effet de l’avis de Aly Sow, le président national du Regroupement des vrais artisans de l’automobile (Revaas), les directives du chef de l’Etat n’ont pas été appliquées.

Le motif de leur inquiétude est parti du tracé de la voie du Train express régional (Ter) qui devrait passer sur les lieux qu’ils squattent. Et, cerise sur le gâteau, les 93 millions de francs CFA qui leur avait été promis ne sont toujours pas disponibles.

Suffisant pour M. Sow et Cie de convoquer la presse pour faire part de leur appréhension : «Nous sommes inquiets pour l’heure car nous pouvons recevoir une sommation un jour ou l’autre. Nous sommes des pères de famille et nous n’allons pas attendre qu’on nous somme de quitter les lieux pour tirer la sonnette d’alarme», a-t-il martelé lors de ce face-à-face.

Et d’ajouter : «Notre espace de 7 ha est là, mais nous peinons à l’avoir. La décision du Chef de l’Etat n’a pas été respectée. Nous lui demandons de nous venir en aide. Nous sommes des mécaniciens et nous ne pouvons être que dans de grands espaces. A défaut de mettre la main sur les 7 ha initialement prévus, nous sommes prêts à aller à Diamniadio mais, à condition que tous les autres artisans y aillent».

Ousmane Demba Kane

Jeudi 18 Mai 2017 - 17:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter