Guantanamo: la torture de l’alimentation forcée en procès

Les autorités américaines ont soutenu lors du procès intenté par un détenu de Guantanamo que l’alimentation forcée par sondes était une procédure « fiable » et confortable ». Une appréciation qui révolte les détenus et leurs avocats qui parlent quant à eux de « torture ». Il s’agit du premier procès qui a duré trois jours portant sur les méthodes de confinement utilisées à Guantanamo depuis 2002.



Un médecin militaire montre le matériel utilisé à Guantanamo pour forcer l'alimentation des prisonniers grévistes de la faim, le 7 août 2013. AFP PHOTO/Chantal Valery
Un médecin militaire montre le matériel utilisé à Guantanamo pour forcer l'alimentation des prisonniers grévistes de la faim, le 7 août 2013. AFP PHOTO/Chantal Valery

Sur les 779 personnes qui ont été emprisonnées dans la prison américaine de Guantanamo, 621 ont été transférées, neuf sont mortes durant leur captivité alors que 149 sont toujours détenues. C’est un de ces prisonniers, le Syrien Abou Dhiab qui est l’objet du premier procès jamais mené sur les méthodes utilisées sur les détenus en grève de la faim. Le cas de Abou Dhiab est emblématique : interné sans inculpation ni jugement depuis 2002, libérable depuis 2009, faute d’évolution dans sa situation, il mène grève de la faim sur grève de la faim. 

Une coercition parfaitement codifiée 


Rfi.fr

Vendredi 10 Octobre 2014 - 00:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter