Guédiawaye et Pikine, points de convergence des camps du «Oui» et du «Non»: La banlieue retient son souffle



La campagne s’emballe avec la violence relayée tous azimuts. Le sang a coulé dès samedi (ouverture officielle de la campagne) à Fatick dans les affrontements entre partisans d’Aïda Mbodj et ceux du président de la République, Macky Sall. Après la première confrontation entre Ngayokhème et Toucar, le cortège de la présidente du Conseil départemental de Bambey est accueilli, à hauteur du village de Wakhal Diamm, par des jeunes lourdement armés de coupe-coupe, de gourdins et de grosses pierres.
 
La bagarre qui s’en est suivie, s’est poursuivie dans la commune de Fatick, faisant une vingtaine de blessés et causant d’importants dégâts matériels. Le même week-end, à la sortie du péage, à Diamniadio, les éléments du ministre Oumar Gueye ont violemment attaqué le cortège du président Malick Gakou. «Ils étaient armés d’armes à feu, d’armes blanches et les armes ont tonné sur la caravane… », accuse l’administrateur du Grand Parti (Gp), Songo Matar Ndiaye.

Les scènes de violence se multipliant, Ziguinchor est très vite atteint et le bilan est lourd de sept (7) blessés dont quatre (4) dans un état grave. Toujours lors de «télescopages» entre les protagonistes. La scène digne d'un western qui s'est produite hier à Touba où Moustapha Cissé LO a presque déchargé son chargeur, est très fraîche dans les mémoires. 
 
C’est dans ce contexte de tension que les camps adverses rallient ce jeudi la banlieue dakaroise. Aiguisant tous les appétits, Guadiawaye est en effet le point de ralliement des camps du «Oui» et du «Non». Ainsi, après Thiès, Fatick et Kaolack hier, le Chef de l’Etat y est attendu cet après-midi pour un meeting. Le président de l’Alliance Pour la République (APR) fera par la suite route vers Pikine. Ce, au moment où Malick Gakou et Cie du front du «Non» seront aussi en campagne dans la même zone, aujourd'hui. 
Ça promet. 


Jeudi 17 Mars 2016 - 11:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter