Guéguerre à la mairie de Fatick : Matar Bâ à couteaux tirés avec sa 1ère adjointe Aida Diouf, proche de Cheikh Kanté

Le duel à distance entre le maire de Fatick par ailleurs ministre des Sports Matar Bâ et le directeur général du Port Autonome de Dakar (PAD), Dr Cheikh Kanté risque de bloquer le fonctionnement de la mairie de Fatick. Des conseillers fidèles au Dg du Port ont tourné le dos au maire Matar Bâ. Parmi eux, Aida Diouf Ndiaye qui a boycotté la cérémonie de remise de financements aux femmes de Fatick.



Guéguerre à la mairie de Fatick : Matar Bâ à couteaux tirés avec sa 1ère adjointe Aida Diouf, proche de Cheikh Kanté
Le divorce est consommé entre le ministre des Sports par ailleurs maire de Fatick et ses deux adjoints, dont la plus en vue est sa première adjointe, Ndèye Aida Diouf Ndiaye qui a brillé par son absence lors la cérémonie de remise de financements aux femmes de Fatick  par le maire Matar Bâ. Selon Aida Diouf, le  maire ne digère pas son compagnonnage avec le patron du Port autonome de Dakar, Dr Cheikh Kanté.  
Interpellée sur son absence la première adjointe de soutenir qu’elle n’a pas été informée de cette cérémonie ni par le miare Matar Bâ ni par ses proches collaborateurs.

« Je n’ai pas été informée de cette cérémonie de remise de financements. Ni par le maire Matar Bâ ni personne de son entourage ne m’a appelée  pour m’en parler. Matar Bâ, lui seul peut dire pourquoi il m’a mise à l’écart », opine la mairesse.
 
Très remontée contre le ministre des Sports et maire de Fatick, Aida Diouf de préciser que son seul tort c’est de travailler avec le directeur général du Port autonome de Dakar docteur Cheikh Kanté. « J’ai l’impression que collaborer avec Cheikh Kanté constitue un pêché à Fatick. Mais que ce soit très clair, si mon compagnonnage avec le directeur du Port lui pose problème pour parler du ministre Matar Bâ, cela me laisse de marbre », tonne-t-elle dans le journal l’As de ce samedi.
 
Poursuivant ses fracassantes sorties contre le maire de Fatick, la 1er adjointe de Matar Bâ de déclarer que « mes ambitions et celles de Matar ne se recoupent plus. Aujourd’hui le fonctionnement de la mairie est presque à l’arrêt car ses fidèles nous empêchent de travailler, ils mettent la main sur tous les dossiers qui doivent atterrir sur notre table en tant maire adjointe », fulmine Aida Diouf.  


Samedi 25 Mars 2017 - 12:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter