PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Guerre de communiqués entre Total et le Gabon

Au Gabon, ce n’est plus le parfait amour entre l’Etat et le groupe pétrolier français Total. Dans un communiqué, Total Gabon a annoncé avoir reçu un avis de redressement fiscal suite à un audit sur les exercices 2008 à 2010. Depuis jeudi, la compagnie pétrolière et le Gabon se sont lancés dans une inquiétante guerre de communiqués ; pourtant, une compagnie chinoise a subi en 2013 un redressement identique.



Plateforme pétrolière d'Elf au large de la côte gabonaise, près de Port Gentil (photo du 29 mai 1990). Photo: AFP
Plateforme pétrolière d'Elf au large de la côte gabonaise, près de Port Gentil (photo du 29 mai 1990). Photo: AFP

Au Gabon, c’est le chinois Addax qui a ouvert le bal de ces redressements. Au terme d’un long contentieux, les deux parties ont signé un accord amiable au terme duquel Addax aurait versé 400 milliards de francs CFA à l’Etat gabonais.

Libreville a donc pris goût à la procédure. Il s’est ensuite attaqué à Total Gabon, opérateur historique du pays. Mais Total ne s’est pas laissé faire. La compagnie a tout de suite pondu un communiqué dans lequel il considère ce redressement fiscal de 805 millions d’euros (environ 400 milliards de francs CFA) comme étant « dénué de tout fondement » et conteste ainsi fermement l'ensemble des chefs de redressement et les montants associés.

« Vieux couple »

Comme un « vieux couple » qui se déchire, le Gabon riposte dans un communiqué du directeur général des impôts : l’administration « regrette » la mauvaise volonté de Total Gabon. Plus loin, elle dit déplorer cette attitude, qui confine à un diktat totalement incompréhensif.

Libreville rappelle que Total reste un contribuable comme les autres. A ce stade de la procédure, les tribunaux gabonais sont les seuls compétents. Le bras de fer ne fait que commencer.

Source : Rfi.fr
 



Samedi 22 Février 2014 - 09:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter