Guerre de positionnement – Oumar Sarr – Pds : « Tout ce qui les intéresse, c’est prendre la direction du Parti (Pds) »

La guerre de positionnement est loin d’être terminer. Les responsables nationaux du Parti démocratique sénégalais ont apporté leur réplique après la fronde intervenue au sein de leur formation. Selon le coordinateur national, Oumar Sarr, les raisons résident dans le fait que ces derniers ont refusé de descendre à la base pour piloter les listes départementales, comme le recommande le parti lors de son dernier congrès.
En revanche, ces « frondeurs » ont voulu être tête de liste nationale aux législatives et prendre la direction du Pds. Des propos tenus vendredi 20 avril, au cours d'une conférence de presse tenue à la permanence M L Badji, selon le journal « Sud Quotidien ».



Guerre de positionnement – Oumar Sarr – Pds : « Tout ce qui les intéresse, c’est prendre la direction du Parti (Pds) »
Pape Diop, Mamadou Seck, Abdoulaye Baldé, Bécaye Diop entre autres qui ont mis en place l'alliance « Bokk Guiss-Guiss » pour les législatives sont considérés comme des « traitres » par leurs ex-camarades du Parti démocratique sénégalais (Pds). Selon Oumar Sarr, coordonnateur général du Pds, les frondeurs n'ont pas rendu l'appareil à leur secrétaire général de parti, Abdoulaye Wade. Il a soutenu que si ce dernier était toujours au pouvoir, Pape Diop et compagnie n'auraient jamais osé prendre cette décision. Comme pour dire, en Afrique, si on perd le pouvoir, on perd tout.

Pour Oumar Sarr qui faisait face à la presse ce vendredi, les raisons évoquées par leurs ex-camarades ne sont pas fondées. « Nous sommes toujours à la phase de confection des listes électorales, si les promoteurs de l'alliance Bokk Guiss Guiss attestent qu'ils n'y figurent pas, c'est qu’ils racontent des histoires. Comment peut-on parler de listes d'investiture déjà bouclées ou de personnes exclues au profit d'autres alors qu'aucune liste n'est encore arrêtée? » 

A en croire Oumar Sarr, les vraies raisons et motivations sont ailleurs et les Pape Diop et Cie les ont déclinées sans en avoir l'air: être tête de liste nationale aux législatives et prendre la direction du Pds. « La pomme de discorde avec maitre Wade a été mise en exergue par la forte recommandation faite par ce dernier à des responsables emblématiques du parti de prendre les têtes de listes départementales pour permettre au Pds de ratisser large et d'engranger le maximum de suffrages à la base. C'est ainsi qu'il s'est adressé à Pape Diop, Mamadou Seck, Ousmane Masseck Ndiaye, Souleymane Ndéné Ndiaye et Ousmane Ngom entre autres en ces termes: il faut vous investir à la base car la liste nationale n'est que la somme des résultats obtenus au niveau des départements. C'est le meilleur service que vous pouvez rendre au parti.
Cependant, c'est le refus catégorique de certains de ces ténors d'accepter une telle proposition qui est à l'origine de leur fronde », a fait remarquer M. Sarr, cité par le même journal.

Aujourd'hui, l'ancien ministre de l'Hydraulique se dit prêt à céder sa place à Pape Diop pour conduire la liste nationale, lui descendra à la base pour conduire la liste départementale. Son camarade Ousmane Ngom qui prenait part à la conférence de presse d'ajouter: « si on se réfère aux lois et règlements de notre parti, ils se sont exclus eux-mêmes du parti. Car, selon l'article 5, aucune action fractionniste n'est acceptée au sein du Pds ». Et de renseigner que leur formation compte aller seule aux législatives comme avancé lors du dernier congrès.



Samedi 21 Avril 2012 - 12:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter