Guinée-Bissau: cas suspect d'Ebola à la frontière avec la Guinée

La Guinée-Bissau a officiellement rouvert mardi 09 décembre ses frontières avec la Guinée, fermées le 12 août à cause de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Un homme venant de Conakry avec une forte température a été pris en charge par le poste de santé de Buruntuma près de la frontière.



La prise systématique de température aux points de contrôle ou de soins (ici en Sierra Leone) permet d'isoler les cas suspects. Reuters/Bindra/UNICEF
La prise systématique de température aux points de contrôle ou de soins (ici en Sierra Leone) permet d'isoler les cas suspects. Reuters/Bindra/UNICEF

La frontière terrestre de la Guinée-Bissau avec la Guinée est longue de plus de 300 km.Depuis sa réouverture le 9 décembre, des dizaines de camions chargés de marchandises, dont des denrées et des médicaments, et des véhicules de transport de passagers sont arrivés, en provenance de Guinée.

Parmi les passagers, un homme présentant une température supérieure à 39°. Le suspect a traversé la frontière mercredi en provenance de Fula Mori, le dernier poste frontière guinéen. En raison de sa fièvre, il a été isolé des autres passagers mais a réussi à s’éclipser discrètement pour poursuivre son voyage vers Gabú, le chef lieu de la région. Il sera rattrapé quelques kilomètres plus loin.

Des contrôles aux points de passage

Le suspect, et huit autres personnes qui voyageaient avec lui, ont été conduits dans un poste de santé et mis en quarantaine. « L'homme avait une température qui dépassait 39°C,explique l’infirmière-chef du poste de santé duquel l'homme s'est échappé. Ce qui faisait de lui un suspect. Nous l'avons isolé immédiatement. Il nous a ensuite demandé à manger. C'est pendant ce temps qu'il est sorti probablement par une porte arrière du local pour s'en aller. Nous avons aussitôt prévenu le prochain poste où le véhicule qui le transportait a été arrêté. Nous avons conduit tous les passagers au poste de Santé le plus proche où ils ont été placés en quarantaine ».

Un dispositif de contrôle est en place aux différents points de passage car le système de santé peu performant du pays ne permet pas d’affronter une épidémie d’Ebola. L’infirmière chef de Buruntuma a déploré que des gens contournent encore les postes de contrôle. La Guinée-Bissau n'a recensé aucun cas d'Ebola au cours de l'épidémie qui a fait depuis un an 6.331 décès selon un dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.


Rfi.fr

Samedi 13 Décembre 2014 - 13:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter