HCCT: désignation du coordonnateur de BBY - Kaffrine sous tension



La rencontre des responsables de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) pour l’investiture des candidats au Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) de Kaffrine et la désignation du Coordonnateur de ladite coalition a été longuement perturbée par une bataille rangée qui a fait suspendre les travaux avant leur reprise dans l’après-midi.

La raison du basculement dans la violence, les jeunes de l’Alliance Pour la République (APR) ne veulent plus d’Abdoulaye Wilane à la tête de BBY. Selon des sources qui ont pris part à cette rencontre, tout est parti de la volonté du maire de Kaffrine de maintenir l’ancienne structuration de la coalition pour ces élections du HCCT. Ce que les alliés du parti présidentiel ont rejeté, renseigne «Le Populaire» où le responsable des jeunes de l’APR, Bilal Cissé qui a déclenché les hostilités, se veut très clair.
 
«Au début de la rencontre, ils ont proféré des menaces à l’encontre des jeunes. On ne pouvait rien faire sans les consignes de nos aînés. Il y a eu des défaillances parce que lorsque que j’ai dit que nous ne voulons plus d’Abdoulaye Wilane et que le coordonnateur de BBY doit revenir à l’APR parce que nous avons des responsables dignes de gérer ce poste, ils se sont automatiquement révoltés…Il y a eu la bagarre entre les jeunes juste après, le groupe de Wilane est parti mais le groupe de Nfi Ngom est resté là-bas et on a continué la réunion», peste ce dernier.
 
«C’est faux, c’est archi-faux, il n’y a pas eu de bagarre », tonne l’édile de Kaffrine. Et d’expliquer: «Nous nous sommes retrouvés le matin vers 11 heures et en un moment donné, il y a eu des jeunes, chacun venant supporter son leader, qui sont arrivés au moment où nous allions suspendre la réunion pour confier le travail à une commission paritaire…Vers 16 heures, nous nous sommes retrouvés après que les esprits se soient calmés dans une commission de plénipotentiaires pour continuer le travail… ».
 
Présidant la réunion, Adama Diouf, président du Conseil département de Kaffrine, était «obligé de la suspendre et renvoyer dans l’après-midi pour que chaque partie se concerte davantage et désigne ses plénipotentiaires». 


Mardi 9 Août 2016 - 10:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter