HEY YOU : SAUVEZ LE SOMMET DE LA FRANCOPHONIE !



HEY YOU : SAUVEZ LE SOMMET DE LA FRANCOPHONIE !
Chaque étudiant, chaque mélomane a grandi avec  la musique de Youssou NDOUR et d’Omar PENE. Deux voix, deux carrières, deux monstres sacrés de la musique sénégalaise dont les opus ont rythmé toutes les étapes de notre vie. Aujourd’hui, en voyant ces icones ensemble sur scène pour l’hommage national rendu à l’un des deux, c’est toute notre vie qui a défilé sous nos yeux. Que d’émotion, que de bonheur, mais aussi quel soulagement, de voir enfin Omar PENE en chair et en os ! Il a tenu stoïquement son pari, et il nous a encore offert ce qu’il avait de plus cher : une partie de sa vie, en communion et en osmose avec la nôtre. Omar PENE nous a fait retrouver notre enfance, notre jeunesse insouci ante et cela n’a pas de prix. Et c’est comme cela chaque jour de notre vie. Je ne puis à mon tour que dire merci après lui, à tous ceux qui l’ont soutenu de près et de loin, au premier rang desquels, MACKY.


Ces jours ci, j’ai retrouvé Youssou NDOUR, le vrai, l’authentique : le héraut, l’artiste, le chantre de notre jeunesse dont les chansons d’hier et d’aujourd’hui sont les plus surs  viatiques et compagnons de nos joies, de nos  peines et de nos rêves. Il n’ya pas de souvenirs qui nous vienne à l’esprit et égaye notre journée comme un rayon de soleil printanier, sans un air de  la musique de Youssou NDOUR.
Nous nous sommes éveillés à la musique avec Youssou NDOUR. Nos premiers bals ont été rythmés par les sortis de ses albums le 24 décembre de chaque année à l’époque.  Sa riche carrière dont je me rappelle les moments charnières est aujourd’hui un capital pour notre pays, un merveilleux patrimoine, une vitrine immaculée.


Youssou NDOUR est un monument, un patrimoine culturel vivant, comme le génial Ousmane SOW.
A l’aube de l’Assemblée générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, avec à sa tête Monsieur Abdou DIOUF, il urge que tous les artistes, tous les acteurs culturels représentatifs de nos valeurs et de notre civilisation soient véritablement associés à cet événement d’envergure  qui sera suivi par des centaines de millions de francophones à travers le monde.


En sa qualité de porte étendard de la musique au Sénégal, Youssou NDOUR dont l’influence résonne jusque dans les murs de la Maison blanche doit en parfaite collaboration avec les services de l’Etat s’investir pleinement pour que la partition des artistes lors de ce sommet impacte positivement et durablement sur l’image du Sénégal. Il connait fort bien tous les experts dans ce domaine, à commencer par  le plus compétent d’entre eux, M. Pape Massène SENE. Leurs relations datent de l’époque d’Abdou DIOUF, quand Youssou circulait  en taxi et se battait déjà en ce temps-là pour ouvrir un studio d’enregistrement à Dakar.
Le SENEGAL de SENGHOR, père de la Francophonie et chantre de la civilisation de l’Universel a, avec ce sommet, encore une fois, l’occasion d’asseoir durablement notre pays dans le gotha des pays les plus influents de la scène internationale, en misant sur l’art.


Youssou NDOUR est devenu une des personnalités les plus influentes de notre planète grâce à la musique. Il en connait la force, il en connait la capacité d’influence, et il a le talent et l’expertise pour la mettre en valeur, et valoriser par la même occasion notre pays. Il est temps qu’il prenne ses responsabilités. Il est plus qu’une star : c’est un leader, un leader culturel plus que tout autre.
La première recette d’exportation des USA est l’industrie culturelle, un tiers de la musique produite en AFRIQUE vient du NIGERIA : ce pays, malgré Boko Haram, est devenu la première puissance économique du continent.


Je ne doute pas que le contenu scientifique du Sommet sera à la hauteur de l’attente de toutes les délégations qui répondront présentes. Les discours et toutes les convenances protocolaires, on sait y faire. Mais ce qui différenciera ce Sommet des autres et lui donnera un impact notoire  pour l’avenir culturel de notre pays, ce sera avant tout la programmation culturelle et artistique qui donnera à ce sommet une âme et la fera vivre au rythme de la vitalité de notre art.


SENGOR a d’ailleurs fait formidablement la symbiose programmatique de ce sommet, dans son poème au titre suffisamment suggestif, Masques : « Nous sommes les hommes de la danse, dont les pays reprennent vigueur, en frappant le sol dur ».
Aujourd’hui, MACKY et son équipe courent frénétiquement  comme des blattes effrayées derrière les chantiers des sites. Tout comme il priorise des activités qui sont certes intéressantes mais qui  devraient venir très loin, dans l’ordre de priorisation.


La Francophonie, on en connait les fondamentaux, dont le plus marquant est l’exception culturelle.
Alors, montrons ce que notre Culture a d’exceptionnel pour mériter de participer au rendez vous du donner et du recevoir, et de donner une nouvelle impulsion économique à notre pays où le marasme ambiant sur tous les plans nourrit un désenchantement profond qui décuple chaque jour encore plus notre rejet profond du régime de MACKY.
A défaut, que nos artistes nous fassent rêver...Comme durant notre jeunesse, au moins.

Cissé Kane NDAO, Alliance démocratique pour la République, A.DE.R.

Mercredi 3 Septembre 2014 - 13:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter